browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Junior Bonner / Ben Johnson / Barbara Leigh

Posted by on 14 août 2013

Junior Bonner (Le dernier bagarreur)
De Sam Peckinpah (1972) ***

 cinérevue 1973

Junior Bonner Barbara Leigh

Production : Joe Wizan
Scénario : Jed Rosebrook.
Photo : Lucien Ballard-Musique : Jerry Fielding.
Chansons : Arizona Morning, Today I started loving you again et Rodeo Man de Rod Art, et Ray Taylor.
Tourné à Prescott, Arizona.

Avec Steve McQueen : Junior Bonner
Robert Preston : Ace Bonner
Ida Lupino : Elvira Bonner
Ben Johnson : Buck Roan
Joe Don Baker : Curly Bonner
Barbara Leigh : Charmagne
Bill McKinney : Terwiliger
Dub Taylor : Del
Sandra Deel : Nurse Arlis
Don ‘Red’ Barry : Homer
Et Matthew Peckinpah, Rita Garrison, Rod Art, Sam Peckinpah, Sharon Peckinpah, June Simpson.

Cow-boy de rodéo, Junior Bonner revient dans sa ville natale du Texas, Prescott, au Texas, pour le jour du rodéo de l’Independance Day (4 juillet). Il y retrouve ses parents, séparés, son frère cadet, un homme d’affaires qu’il n’a pas vu depuis des années. Junior entre en conflit avec son frère Curly, qui brade la propriété familiale, détruite par les tracto-pelles, Curly va y faire construire 700 emplacements résidentiels pour caravanes, ce qui déplait à Junior.

Junior Bonner Barbara Leigh

cinérevue 1973

 Junior s’inscrit au rodéo pour le jour de la parade, le tirage au sort lui attribue Sunshine, un taureau redoutable. Il fait un tour au saloon local, y retrouve ses amis rodeomans dont Buck. Puis, il se rend chez sa mère, qui lui apprend que son père veut partir en Australie prospecter dans une mine d’argent.
Le jour de la parade, Junior a une discussion avec son père, Ace, qui lui dit qu’il compte aussi élever des moutons en Australie et lui propose de venir avec lui, mais il a besoin de 5000 dollars pour pouvoir partir.

Junior parvient à battre son temps record sur le taureau, huit secondes. Il gagne le prix, flirte un peu avec la jolie Charmagne, une amie de Buck puis se rend dans une agence de voyage où il achète un billet pour son père. Puis, Junior, repart sur la route, avec une nouvelle victoire à son actif.

Western minimaliste et crépusculaire dénué de toute la violence qui a fait le style de Peckinpah, une mince intrigue sert de fil conducteur.
McQueen joue un vagabond qui vit comme les cowboys d’antan, dormant à la belle étoile plutôt que dans sa voiture, et qui « constate que le monde change, que sa ville se transforme, que la propriété qui l’a vu grandir est saccagée par les pelleteuses, que son père est resté un incorrigible enfant, que sa mère est triste et bonne. Ce voyage sentimental est traité comme un poème, une élégie. Ce n’est pas une histoire bien architecturée, mais des strophes qui se suivent et se répondent. Malgré le sous-titre français, le dernier bagarreur, qui ne se justifie nullement, ce n’est pas un film sur la violence. Cette fois, Peckinpah réfrène la combativité qui a fait sa réputation. » (Gilbert Salachas, Télérama).

(cine revue 1975)

Ida Lupino

Peckinpah oppose par des plans séquences le monde d’aujourd’hui, les voitures, bulldozers, le bruit des machines… à celui d’hier, auquel appartient Junior Bonner : les animaux (dont un empaillé !), les chevaux, le rodéo, la nature.
La musique country de Rod Art ponctue agréablement les séquences du film, qui commence par un beau générique en split screen (écran divisé, comme dans BULLITT).

 ———————————————————

BEN JOHNSON

(13-6-1918/8-4-1996)

Comme Slim Pickens, Arthur Hunnicutt ou George ‘Gabby’ Hayes, Jack Elam, Warren Oates et quelques autres, Ben Johnson est un grand second rôle du western et un puriste du genre.
Jusqu’au bout de sa carrière, même lorsque les films sur le Far West ne feront plus vraiment recette (milieu des années 70 et années 80), il se débrouillera pour apparaître régulièrement dans des rôles de cow-boys, son image est intrinsèquement liée à ce genre de cinéma !

Ben Johnson est un des acteurs fétiches de John Ford, comme Ward Bond ou John Wayne, le cinéaste lui a même donné la tête d’affiche du Convoi des braves en 1950. Ben Johnson passera plus tard dans l’écurie des vieux chevaux de Sam Peckinpah…

Il était aussi un cascadeur et a notamment doublé Charles Starrett, Monte Hale et Robert Mitchum, dans 27 films de 1939 à 1955.

Il fait ses débuts dans The fighting gringo de David Howard en 1939, Le banni en 1943 avec la vamp Jane Russell, puis L‘Amazone aux yeux verts en 1944, Nevada (44) de Richard Martin, La charge héroique et Le fils du désert de John Ford en 1949, Monsieur Joe la même année, parmi ses rôles les plus marquants, on se souviendra de l’officier qui lance une contre-attaque contre les Indiens dans Rio Grande (1950), du Blanc amoureux d’une Indienne dans Les tambours de la guerre (1957), du compère du voleur de banque Marlon Brando qui va le trahir dans La vengeance aux deux visages en 1960, du marshal Bliss dans Pendez les haut et court en 68.

Avec Warren Oates, il est un des frères Gorch, qui font partie de la bande de hors-la-loi dirigés de William Holden et d’Ernest Borgnine de La horde sauvage (1969), le western phénomène de Sam Peckinpah ; ils vont affronter un cruel général mexicain qui a torturé et égorgé un de leurs amis, ce qui déclenche le carnage le plus sanglant de l’histoire du western… avant le Django unchained de Tarantino !

Il campe l’ami de l’éleveur John Chisum (Wayne) dans Chisum en 1970 et est, avec Rod Taylor, un des deux amis de John Wayne qui vont l’aider à retrouver l’or caché par le mari de la jolie veuve Ann-Margret dans Les voleurs de trains (1973)… Puis, Le poney rouge (73), un téléfilm de Robert Totten.

Johnson interprète le marshall Pearce qui arrête le tricheur aux cartes et voleur Charles Bronson, et monte avec lui dans un convoi ferroviaire à destination du Fort Humboldt, c’était Le solitaire de Fort Humboldt en 1975, avec Bronson en membres des services secrets américains, qui menait une enquête dans le train.

Enfin, dans Duel a Santa Fé, en 1979), il était un des deux associés –avec Glenn Ford- des trois frères, dont Tom Selleck, qui ont découvert une mine d’or… d’après une nouvelle de Louis L’Amour.

Ses autres westerns  non évoqués ci-dessus (films, téléfilms) :

Années 30/40  :
The Fighting Gringo (1939)
Bordertown gun fighters (43)
The Pinto Bandit (44)
Il est le patron du saloon dans Nevada (44)
Bad man’s Territory (1946)
The gallant legion (1948) avec Bill Elliott

Chisum

Années 50 :

La série B Le Fort de la Vengeance (1951)

Un premier rôle encore dans Wild stallion en 1952
L’homme des vallées perdues en 1953
Oklahoma ! (1955), le western musical de Fred Zinneman
Et encore une série B : Rebel in town (1956) avec John Payne
Slim Carter (1957)
Fort Bowie (1958) dans un premier rôle

Années 60 :
Ten who dared (1960) de William Beaudine
Il est le Sergent Chillum dans Major Dundee en 1965, de Sam Peckinpah
Rancho Bravo (66)
Will Penny en 1968

Les géants de l’Ouest (69)

Années 70 :

Le décevant Rio Verde (71)
Le solitaire de l’Ouest (72)
Junior Bonner (72) avec Steve McQueen
Le poney rouge (73), un téléfilm.
Il joue un shérif dans Kid Blue (73)
La chevauchée sauvage (75)
Vedette de dans Grayeagle (1977)
Le téléfilm The Sacketts (79)

Années 80 :
Les cavaliers de l’ombre (1982)
Wild horses (85) avec Kenny Rogers

Années 90 :
The last ride (90)… My heroes have always been cowboys de Stuart Rosenberg… Ben Johnson est le héros des téléfilms Bonanza : The Return (1993) et Bonanza : Under attack (95). Un second rôle à nouveau dans Ruby Jean and Joe (96), téléfilm… C’est son dernier western, il tournera encore un film cette année-là (ETOILE DU SOIR) avant de tirer sa révérence…

Chapeau, Monsieur Johnson !

Les séries dans lesquelles il a joué :

THE RESTLESS GUN, Laramie, Have gun – will travel, STONEY BURKE, LES CHEYENNES, LES MONROE, Le Virginien, Bonanza, Gunsmoke.

Polars :

LE CHASSEUR (1980) avec Steve McQueen.

Ben Johnson (à gauche) dans La horde sauvage


Le convoi des braves de John Ford

 —————————————-

Barbara Leigh

(16-11-1946)

Filmographie :
The ballad of Andy Crocker (1969)
The student Nurses (1970)
Si tu crois fillette (1971)
The Christian Licorice store (1971)
Junior Bonner (1972) western de Sam Peckinpah
Le dernier pénitencier (1973)
The President’s plane is missing (1973)
Smile Jenny, you’re dead (1974)
Boss Niger (1975) western de Jack Arnold
Swin team (1979)
Seven (1979)
Mistress of the apes (1979)

barbara leigh


June Simpson


Autre modèle de charme jouant dans Junior Bonner, June Simpson… c’est son seul film !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *