browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

John Ford (Jack Ford) / Rio Grande / Wagonmaster (Le convoi des braves)

Posted by on 11 septembre 2014

John Ford (1894-1973)

dessin de Didgiv

Metteur en scène, acteur, producteur, scénariste… et aussi cascadeur. John Ford acteur a joué dans 22 courts-métrages dont Naissance d’une nation (1915), les westerns The Tornado et The scrapper (1917).
145 films comme réalisateur, il a réalisé quelques scènes de films réalisés ou produits par John Wayne comme Hondo ou Alamo.

Ses westerns (« et S » pour : « et scénario »):

1917 : The tornado (et S-et cascades) ; The trail of hate (et S) ; The scrapper (et S) ; The soul herder ; Cheyenne’s Pal (et S); Straight Shooting ; The secret man (et S); A marked man (et S)
1918 : The phantom riders ; Wild women ; Thieve’s gold ; The scarlet drop (et S) ; Hell bent (et S); A woman’s fool ; Three mounted men
1919 : Roped ; The fighting brothers ; A fight for love ; Rustlers ; Gun Law ; The gun packer (et S) ; By Indian post ; Riders of Vengeance (et S); The last outlaw (et S); The outcasts of Poker flat ; Ace of the saddle ; Rider of the law ; A gun fightin’ gentleman (et S) ; Marked men
1920 : Pour son gosse
1921 : The big punch (et S); The freeze-out ; The wallop ; Desperate trails ; Sure fire
1923 : En trombe (et S); Vers la mort

1924 : Le cheval de fer
1926 : Trois sublimes canailles
1935 : Steamboat round the bend
1936 : Je n’ai pas tué Lincoln ; The last outlaw (histoire)
1939 : La chevauchée fantastique ; Vers sa destinée ; Sur la piste des Mohawks
1940 : Les raisins de la colère
1946 : La poursuite infernale
1947 : Dieu est mort

1948 : Le massacre de Fort Apache ; Le fils du desert
1949 : La charge héroique
1950 : Le convoi des braves (et S); Rio Grande
1953 : Le soleil brille pour tout le monde (The Sun Shines Bright)
1956 : La prisonnière du desert
1959 : Les cavaliers ; Le sergent noir
1960 : La grande caravane (série)
1961 : Les deux cavaliers
1962 : L’homme qui tua Liberty Valance ; LA conquête de l’Ouest (The civil war)
1964 : Les Cheyennes

dessin de Didgiv

Walter Brennan by Didgiv – La poursuite infernale

John Ireland-Montgomery Clift-Red river



RIO GRANDE de John Ford (1950) ***

 john wayne - maureen o'hara

Rio Grande (Télé 7 jours années 80)

Avec John Wayne, Maureen O’Hara, Ben Johnson, Claude Jarman Jr., Harry Carey Jr., J. Carrol Naish, Victor McLaglen, Grant Whiters, Chill Wills, Karolyn Grimes, Steve Pendleton, Ken Curtis, Patrick Wayne, Chuck Roberson (et cascadeur)

Le cinéma m’aide à confronter les individus. Trouver l’exceptionnel dans le quotidien, exalter l’homme en profondeur, voila le ressort dramatique qui me plait. Et, encore, trouver l’humour dans la tragédie, car la vie n’est jamais totalement tragique, elle est absurde quelquefois ». Ainsi John Ford résumait-il son cinéma…

3e volet de sa trilogie consacrée à la gloire de la cavalerie américaine (après Le massacre de Fort Apache + La charge héroique). Et tiré, comme les précédents, de récits de James Warner Bellah.
1949. John Ford ne compte pas faire une trilogie, mais la RKO et Herbert J. Yates lui proposent de financer L’Homme tranquille en Irlande s’il s’engage à tourner auparavant un troisième opus sur la cavalerie avec Wayne en vedette.
Le budget est la moitié de celui du Massacre de Fort Apache.
Et c’est le tout premier film de John Wayne avec Maureen O’Hara, début d’une longue et fructueuse collaboration (cinq films) ; leur second film ensemble sera L’Homme tranquille, en 1952.


Wagonmaster (Le convoi des braves)
(1950, distribué en France en 1964) **

De John Ford

Scénario : Frank Nugent et Patrick Ford-Photo : Bert Glennon
Musique : Richard Hageman-Durée : 1h23

 

Harry Carey Jr., W. Bond, B. Johnson

Avec Ben Johnson : Travis Blue
Harry Carey Jr. : Sandy Owens
Ward Bond : Jonathan Wings
Joanne Dru : Denver
Charles Kemper : oncle Shiloh
James Arness : un des fils de oncle Shiloh

Et Jane Darwell, Russell Simpson, Ruth Clifford, Francis Ford, Movita Castaneda, Hank Worden.

1879. Une caravane de Mormons guidée par deux jeunes marchands de chevaux, Sandy et Travis, prend la route de la vallée de San Juan dans l’Arizona, ils vont traverser des territoires indiens, fleuves et montagnes.

Sur la route, ils volent au secours de deux dames de petite vertu, un saltimbanque et un charlatan, et recueillent plus tard un homme et ses fils.
Des individus qui viennent d’attaquer une banque se mêlent aussi au convoi.
Les pionniers croisent la route d’une tribu d’autochtones avec laquelle ils sympathisent, mais les frères Cregg violent une jeune Indienne.

Un des westerns de John Ford les moins connus du grand public, un petit bijou pourtant, une des raisons peut-être est qu’il ne repose pas sur une grosse star, il n’y a pas vraiment de personnage principal, même si Ben Johnson (habituellement second rôle dans les westerns) est crédité en premier rôle.

Comme Le fils du désert, ce western de Ford a une connotation religieuse forte puisqu’il évoque une caravane de Mormons (ils ne sont pas caricaturés comme dans On l’appelle Trinita !) : les pionniers atteindront la Terre promise après avoir affronté de nombreuses épreuves : la nature hostile, les Indiens, des bandits…

Movita Castaneda

Ce film a globalement reçu une bonne critique, mais n’a pas été un succès. Il a mis quatorze ans avant de sortir en France.
Absence de véritable star (on aurait bien vu John Wayne dans le rôle d’un des deux maquignons), utilisation du Noir et Blanc à une époque où la couleur explose, inflation de westerns, économie des moyens, mauvaise promotion du film ? Les raisons peuvent être multiples.

Pourtant, John Ford a adoré faire ce western, c’est dans sa filmographie un de ceux qu’il préfère : « c’est le seul film de Ford que j’ai terminé sans m’être fait botter le cul au moins une fois« , dira Harry Carey Jr.

La musique est composée de chants traditionnels interprétés par Sons of the pioneers, elle renforce le côté élégiaque du film.
Le film inspirera la série La grande caravane dont John Ford réalisera un épisode.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *