browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Jean Simmons / Violence à Jericho (Rough night in Jericho)

Posted by on 24 novembre 2013

Jean Simmons (31-1-1929/22-1-2010)

Une enfance dans un faubourg londonnien, cette jolie brune aux yeux noisette fréquente les cours d’une école de danse, puis est remarquée par l’assistant du réalisateur Val Guest qui la choisit parmi 200 candidates.
Laurence Olivier l’engage en 1948 pour être Ophélie dans HAMLET, elle emporte un prix au festival de Venise.

avec John Forsythe

Elle a une liaison avec Stewart Granger, puis tourne dans de grosses productions, comme LA TUNIQUE ou SPARTACUS, un de ses meilleurs rôles est le film noir UN SI DOUX VISAGE avec Mitchum.
On lui attribue aussi des laisons avec Richard Burton et Marlon Brando, elle a eu de gros problèmes d’alcoolisme.

Elle joue l’institutrice dans son premier western, Les grands espaces (1958), qui refuse de vendre ses terres et le plan d’eau qu’elles abritent, convoitées par deux gros éleveurs qui se font la guerre. Gregory Peck se retrouve au milieu de ce conflit et elle doit repousser les avances du cowboy Buck (Chuck Connors).
En 1967, elle campe encore une femme opiniâtre, la patronne de la diligence, seule personne qui résiste avec le héros George Peppard au pouvoir du despote Dean Martin dans Violence à Jericho.

Enfin, elle a eu un rôle dans la saga télé Nord et sud en 85-86, qui relate l’histoire de deux familles, avant et pendant la guerre de Sécession.

Les grands espaces

 


VIOLENCE à JERICHO (Rough night in Jericho)

De Arnold Laven (1967) **

Scénario : Marvin H. Albert, Sydney Boehm

Avec Dean Martin : Flood
George Peppard : Dolan
Jean Simmons : Molly
John McIntire : Hickman

Un cavalier blesse l’ancien shérif Ben Hickman, cocher d’une diligence dans laquelle se trouve Dolan, un joueur professionnel.
En ville, un des hommes de main du brutal Flood vient de pendre un commerçant qui lui mettait des bâtons dans les roues.
Le shérif n’ose résister à Flood. Mollie Lang, ancienne maîtresse de Flood, demande à Dolan de l’aider, elle veut à tout prix garder son service de diligences.
Mais Dolan, qui a sympathisé avec Flood à une partie de poker, refuse, elle finit par le convaincre, et la population va bientôt le suivre dans son combat contre Flood…

 Un petit western insolite qui vaut le détour pour Dean Martin qu’on découvre pour la première fois dans le rôle d’un méchant, un homme qui règne en despote sur une petite ville de l’Ouest.

Ce western hérite certainement de la violence apportée par les western-spaghetti qui viennent d’éclore en 1964-65, le réalisateur Arnold Laven  avait réalisé auparavant Les compagnons de la gloire sur un scénario de Sam Peckinpah, un western bien moins violent que celui-ci cependant, et dans lequel on retrouve l’acteur Slim Pickens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *