browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

L’Ennemi silencieux (The silent ennemy) / The daughter of the dawn

Posted by on 7 mai 2014

L’ennemi silencieux (The silent ennemi)
Fiction documentaire muette et en noir et blanc de H.P. Carver (1928-29-30) ****


Guettés par la famine, les Indiens Ojibwa partent l’hiver vers le grand Nord à la recherche des troupeaux de caribous.

Acteurs : Chief Yellow Robe, Chief Buffalo Child Long Lance (1890-1932), Chief Akawanush, Mary Alice Nelson Archambaud, Cheeka.

Cette célèbre fiction de 1h21, basée sur l’histoire de W. Douglas Burden, en forme de documentaire avec des acteurs indiens non professionnels, montre le quotidien des Indiens Ojibwa du grand Nord au Canada, avant l’arrivée de Christophe Colomb : la chasse, la pêche, la nature hostile, les wigwams…

C’est sans doute le film le plus authentique sur les Indiens qui ait jamais été tourné. Dans le prologue (seul passage parlant du film, le reste est accompagné d’une musique et de sons évoquant la nature), le chef Yellow robe, qui joue Chetoga, rend hommage aux Blancs qui ont partagé leur vie dans la forêt et tourné ce film, et clame un vibrant plaidoyer en faveur des Indiens qui continuent de vivre dans la nature… face à l’ « ennemi silencieux »… La faim.

C’est un témoignage visual unique et rare, avec des images sublimes, d’une époque proche de celle des Indiens du XIXe s., il faudra attendre des films comme Un homme nommé cheval et ses suites pour retrouver une telle authenticité.


The daughter of the dawn
de Norbert A. Myles (1920) ***

Avec Em-koy-e-tie, Hunting horse, Esther Le Barre, Wanada Parker, White Parker

Austin film society, Texas Archive of the moving image et Humanities Texas ont présenté en janvier 2015 ce film muet, que l’on croyait perdu. C’est, avec L’ennemi silencieux, un des rares -peut-être les deux seuls- films de l’ère du muet avec un casting de natifs américains (Indiens). Le producteur, Richard Banks, vécut 25 ans parmi les Indiens, et voulut à tout prix en faire un film. Il le tournera avec le réalisateur Norbert A. Myles dans la réserve de Wichita Mountains Wildlife, dans le sud-Ouest de l’Oklahoma, avec près de 300 membres des tribus comanche et kiowa. L’histoire est celle d’un triangle amoureux, de deux hommes aimant la même femme. Elle alterne les scènes de romance avec des séquences de chasse aux bisons, de danses et de batailles.
Le film sortit en 1920, mais un incendie détruisit les bobines et le matériel. En 2005, une impression au nitrate fut redécouverte dans une collection privée. Deux des enfants du fameux chef Quanah Parker en sont les protagonistes : Wanada et White Parker. Leur père lui-même joua dans un western de 1908, The Bank Robbery.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *