browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Robert Hossein / Le goût de la violence (Febbre di rivolta)

Posted by on 7 août 2013
ROBERT HOSSEIN (30-12-1927)
Robert Hossein (cinerevue 1968)
Fils du compositeur André Hossein, le Français Robert Hossein est un acteur de théâtre qui s’est illustré au cinéma, souvent dans des rôles de voyou, il est devenu une grande star en jouant au côté de Michèle Mercier dans la série des ANGELIQUE, il a aussi joué dans trois westerns, dont deux qu’il a réalisés… et un avec Michèle Mercier.

D’abord Le goût de la violence en 1961, un western européen avec Mario Adorf, Giovanna Ralli. Inspiré de Viva Zapata, Hossein pose les bases d’un nouveau genre de western, avec longs plans-séquences et héros laconique, qui aurait lui-même inspiré Sergio Leone…

Robert Hossein par tony344

Robert Hossein par tony344

Puis, il tourne son second western à Alméria, en Espagne, c’est Une corde, un colt en 1968, l’histoire d’un aventurier qui aide une amie à venger le meurtre de son mari (Michèle Mercier).
Une scène (celle du dîner) est mise en scène par Sergio Leone. Une très belle et tragique histoire de vengeance, épurée, un des meilleurs westerns de cette époque. Barbu, le cigarillo aux lèvres, Robert Hossein est étonnant.

LE JUGE

Enfin, Hossein joue dans Le Juge (La loi à l’Ouest du Pecos) en 1971 de Federico Chentrens et Jean Girault, un western comique, qui est une adaptation assez libre d’un album BD de Lucky Luke (Le Juge) sur le juge Roy Bean. Le chanteur Pierre Perret joue le fameux juge Roy Bean et Robert Hossein le personnage de Black Bird. Le personnage de Lucky Luke est rélégué au second plan dans ce récit.

Il aurait aussi eu un petit rôle dans Il était une fois dans l’Ouest, qui peut confirmer ?

Polars avec Robert Hossein :

LE PROFESSIONNEL (1981) de George Lautner

Robert Hossein

ciné revue 69

Une corde, un colt (avec Béatrice Altariba)

ROBERT HOSSEIN et les ACTRICES…

Sophia Loren

Marina Vlady

Marina Vlady

Estella Blain

Catherine Rouvel


Le goût de la violence (Febbre di rivolta) de Robert Hossein (1961) *** (franco-italo-RFA)

En 1890, en Amérique Latine, un révolutionnaire (Robert Hossein) et sa bande attaquent un train pour kidnapper et échanger la fille d’un chef militaire, contre 50 de ses comparses emprisonnés…

Et avec Mario Adorf, Giovanna Ralli, Madeleine Robinson, Hans H. Neubert, Relja Basic…

Le goût de Robert Hossein pour le western l’a conduit à jouer dans trois westerns, dont deux qu’il a réalisés, celui-ci, puis Une corde, un colt en 1968, qui est un coup de maître dans lequel il montre, aussi bien dans la réalisation que dans son interprétation, une réelle originalité. Les westerns qu’il a réalisés ne ressemblent à aucun autre western de l’époque, ni américain, ni italien.

Robert Hossein créé en 1961 les codes d’un nouveau western, tourné en noir et blanc, des codes qu’on va retrouver chez Sergio Leone : héros laconique, long plans-séquences, Sergio Leone aurait été inspiré par sa manière de tourner pour sa future trilogie. Robert Hossein est en quelque sorte un précurseur… du western-Zapata en tout cas, c’est clair, il est lui même influencé par des films comme Viva Zapata !
Musique de son père André Hossein (Podoreso Senor chantée par Severiano Alvarez), le film a été tourné au Monténégro et et Yougoslavie.

avec Giovanna Ralli


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *