browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

George Hilton (Jorge Hilton) / Le temps du massacre (Tempo di massacro) / Frontera al sur (Kitosch, l’uomo che veniva dal nord)

Posted by on 28 juillet 2019

Décès de GEORGE HILTON (16-7-1934/2019 à Montevideo)

Cet acteur anglais d’origine uruguayenne, Jorge Hill Acosta y Lara, est devenu une des plus granedes vedettes des thrillers horrifiques transalpins et du western-spaghetti des années 60-70, dans des premiers et seconds rôles, aux côtés d’autres stars du genre comme Franco Nero ou Klaus Kinski.

Trois de ses rôles les plus marquants sont celui d’un agent qui veut démanteler une bande de faux-monnayeurs dans Poker au colt (1967).
Il affronte un horrible bandit avec son compère Jack Betts dans  Trois salopards, une poignée d’or  (1967), qui compte un des plus beaux règlements de comptes du western italo-espagnol…
Enfin, il est un des trois aventuriers qui profitent des tumultes causés par la guerre de Sécession pour piller des banques dans Professionnels pour un massacre (1968)…

Ses autres westerns :

Le temps du massacre (1966) de Lucio Fulci avec Franco Nero.
I due figli di Ringo (1966) de Giorgio Simonelli avec Franco Franchi.
Frontera al sur de José Luis Merino (1967) est son premier western en vedette. Puis Les vautours attaquent de Nando Cero avec Femi Benussi.
Je vais, je tire et je reviens (67)…
Il a un rôle secondaire dans Chacun pour soi (1968) de Giorgio Capitani avec l’Américain Van Heflin… du très bon western !
A nouveau tête d’affiche dans Le moment de tuer en 1968… et : Pour un dollar, je tire (1968)… Los machos (1968)… Deux salopards en enfer (1969)…
Il est un confédéré qui se venge du salopard joué par Ernest Borgnine dans Los desesperados en 1969…

Il interprète Sartana dans Djanfo arrive, préparez vos cercueils !  (1970)…
Et campe un nouveau héros nommé Hallelujah ( !) dans On m’appelle Alleluia (1971) et sa suite Alleluia défie l’Ouest en 1972…
Puis c’est Fuori Trinita, Uno sotto Un altro Arriva il Passatore avec Edwige Fenech (1973), Lo chiamavano Tresette… Giovaca sempre col morto (1973)…

Di Tresette ce n’è uno, tutti gli altri Son Nessuno (74)

Trinita, une cloche et une guitare en 1975… L’obscur Ah si ? E io dico a Zzzzorro ! (1975)… et El Macho (1977), western médiocre avec Carlos Monzon…

LES RENDEZ-VOUS DE SATAN (1972)

♦ George Hilton a aussi tourné dans des films de guerre (LA BATAILLE d’EL ALAMEIN), des thrillers, films d’horreur, des drames et des comédies sexy, donnant la réplique à de grandes actrices à plusieurs reprises :

♦ Carroll Baker, dans : LE HAREM en 1967, les gialli L’ADORABLE CORPS DE DEBORAH en 68 et IL DIAVOLO A SETTE FACCE (1971)
♦ Anita Strindberg dans les gialli LA QUEUE DU SCORPION (1971) et LES DEUX VISAGES DE LA PEUR (1972)
♦ Edwige Fenech dans les gialli : L’ETRANGE VICE DE MADAME WARDH (1971), TOUTES LES COULEURS DU VICE (1972),  LES RENDEZ-VOUS DE SATAN (72) et un western en 73 (voir ci-dessus), puis, LE TOUBIB SE RECYCLE (77).

Autres gialli : MIO CARO ASSASSINO en 1972… L’ASSASSINO è COSTRETTO AD UCCIDERE ANCORA (1975)…

… avec Femi Benussi :


Le temps du massacre (La ville sans shérif) (Tempo di massacro)
(Le colt cantarono lamorte e fu… tempo di massacro)
Italien de Lucio Fulci (1966) ****

1866 au Nouveau-Mexique. Tom, un chercheur d’or (Franco Nero) revient au pays et découvre que le village et son ranch sont devenus la propriété d’un homme cruel et de son fils psychopathe (Nino Castelnuovo) qui ont mis le pays en coupe réglée… Tom retrouve son frère (George Hilton), plongé dans l’alcoolisme, et va lutter avec lui contre le tyran local…

Et avec : Linda Sini, Giuseppe Addobbati, Tom Felleghy, Tchang Yu, John Bartha, Salvatore Borghese…

Premier western de Lucio Fulci, qui deviendra un spécialiste des films d’horreur ; ce western révéla l’acteur urugayen George Hilton, qui joue la même année dans I due figli di Ringo avec Franco Franchi et aura la tête d’affiche du western Les vautours attaquent en 1967. C’est un modèle du genre du genre, avec un climax explosif, c’est-à-dire une fin hyper-violente, qui montre le talent de Lucio Fulci dans la description de la violence.
Autre scène percutante du film, celle du début : une chasse à l’homme avec une meute de chiens, qui a certainement inspiré Tarantino pour celle de Django Unchained… Nino Castelnuovo, excellent en sadique, un rôle dans lequel on aurait bien vu Gianni Garko ou… Klaus Kinski.


Frontera al sur (Kitosch, l’uomo che veniva dal nord)
Italo-espagnol de José Luis Merino (1967) 

Avec George Hilton, Krista Nell, Piero Lulli, Gustavo Rojo

Un membre de la police montée candienne escorte un groupe de femmes, et affronte l’étrange Renegde et sa bande d’Indiens et de bandits.

C’est le premier western avec George Hilton en vedette.

Krista Nell

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *