browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Geronimo

Posted by on 3 septembre 2013

Geronimo (16-6-1829/17-2-1909)

Né dans la tribu apache Bedonkohe près de la riviere Gila (Arizona), GoKhla Yeh (« celui qui baille ») est un homme-médecine et guerrier apache admis au conseil de guerre des Apaches en 1846.

Au nombre de 8000, les Apaches avaient alors pour ennemis les Mexicains, et certaines tribus comme les Navajos et les Comanches.

Après le meurtre de sa mère de sa femme Alope et de ses trois enfants par l’armée mexicaine, en 1850, il brûle selon la tradition apache tout ce qui appartenait à sa famille et  commence avec 200 guerriers des représailles au Mexique.

par Didgiv (feutres)

Les Mexicains tueront sa nouvelle épouse et son fils lors  d’une nouvelle attaque.
Après la fin de la guerre Mexique/USA, son ennemi a un nouveau visage, les Américains, qui occupent de larges territoires depuis le Mexique, notamment des terres apaches.
Des colons et des mineurs affluent après la découverte d’or dans le sud-ouest, les Apaches se mettent à attaquer des diligences et des trains.

Octobre 62. Il participe à la bataille d’Apache Pass avec les chefs Cochise, son beau-père, et Mangas Coloradas, ce dernier se rend au Fort McLane, contre l’avis de Geronimo, pour signer un traité de paix.

par JPoulos

1871. Tom Jeffords, un éclaireur blanc qui est entré en contact avec Cochise, et s’est lié d’amitié avec lui, parvient à leur faire négocier un traité, créant une réserve sur leurs terres, la réserve Chiricahua est fermée en 1876 par le gouvernement américain et les Indiens déportés vers la réserve aride de San Carlos.

Révoltés contre la vie dans la réserve, Geronimo, Naiche, le second fils de Cochise et Juh s’enfuient. Geronimo fait des pillages à Mexico et aux USA, est attrapé en 1877 et rejoint la réserve de San Carlos, reste 4 ans et s’enfuit une deuxième fois avec Naiche et Juh ; en 1881, ils lancent des attaques contre des colons blancs avant de disparaitre dans les montagnes mexicaines.

Novembre 1882. Ils tuent 22 soldats mexicains du Capitaine Ortiz et entreprennent des raids en Arizona et au Nouveau-Mexique, tuant 26 colons.
Avec l’aide d’éclaireurs apaches, Le général Crook traque les Indiens rebelles, qui acceptent une reddition, Geronimo retourne à San Carlos.

Nouvelle fuite, en 1885, avec 109 femmes, enfants et 35 hommes, au Mexique.
De là, ils lancent des raids sanglants en Arizona et au Nouveau Mexique. Crook démissionne et c’est le général Miles qui, avec 5000 hommes, le poursuivent.
Du côté mexicain, 3000 soldats sont aussi mobilisés pour trouver Géronimo et ses hommes. Miles ordonne le transfert en Floride des Chiricahuas qui vivaient à San Carlos.

Geronimo

Fin tacticien, capable de survivre dans des conditions difficiles, Geronimo devient une légende des guerres indiennes car il parvient toujours à échapper à ses poursuivants, certains affirment grâce à ses dons de Chamane.

Finalement, il se rend en septembre 1886 avec 16 guerriers, 12 femmes et 6 enfants, à Skeleton Canyon, au nord de la frontière mexicaine. Il est emmené en train et interné avec 14 guerriers dans un camp surveillé de Fort Marion en Floride -suivis par 469 Apaches-, puis en Alabama.

Plusieurs Apaches ne supportant pas le climat humide de Floride meurent. Ceux qui ont survécu sont libérés et conduits à Fort Sill en Oklahoma dans les 23 années qui suivirent. Là, Geronimo se sédentarise, se convertit au Christianisme et devient fermier.

Il devient célèbre, participant l’exposition internationale d’Omaha, celle de Buffalo en 1901,  l’Exposition de Lousiane en 1904, il participe à la parade d’inauguration des JO de Saint-Louis, en présence de Theodore Roosevelt.

Il est payé pour toutes ses apparitions et vend même des autographes. Il échoue néanmoins à convaincre le gouvernement fédéral de permettre aux siens de retourner dans leur Arizona natal, lors d’une audience privée avec le Président Roosevelt.
Il publié son autobiographie en 1905.
En rentrant d’une chevauchée en février 1909, il fait une chute de cheval… Il survit une nuit dans le froid, mais sa santé se déteriore, il décède six jours plus tard, dans les bras de son neveu.

Ses derniers mots sur son lit de mort seront :
« Je n’aurais jamais du me rendre, j’aurais du me battre jusqu’à être le dernier homme en vie ».

Lena Geronimo, fille de Geronimo, née en 1886 à Fort Marion, où son père était prisonnier.

Le chef indien au cinéma…

De nombreux acteurs ont campé Geronimo au cinéma et dans des séries, entre autres :

Tony Urchel (1938) * Chef White Horse (1939) *
Chief Thundercloud ( dans Geronimo le peau-rouge en 1939 et en 1955) * Tom Tyler (1942) * Iron Eyes Cody (1948 et 1951)
* Jay Silverheels (1950, dans La flèche brisée 1952 et 1956 dans L’homme de San Carlos) *  John War Eagle (51) * Miguel Inclan (1952) * Chef Yowlachie (52 et 54) * Ian McDonald (1954)
Monte Blue (54 dans Bronco apache) * Frank Richards (56), Chuck Connors (56 et  Geronimo en 1962)*
Michael Pate (56 et 60) * John Doucette (58) * Mike Mazurki (66) Francisco di Franco (1972) * Joaquin Martinez (90) * Wes Studi (93) * Joseph Runningfox (93-téléfilm) – Danny Trejo (93) * Lew Alexander (2007).
L’arrière petit-fils de Geronimo, Harlyn Geronimo, a joué son aieul dans une série documentaire BATTLEFIELDS DETECTIVES en 2004.

Chuck Connors (1962)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *