browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Geoffrey Lewis / La porte du paradis (Heaven’s gate) / Michael Cimino

Posted by on 9 avril 2015
GEOFFREY LEWIS  (Geoffery Lewis) (Jeoffery Lewis) (1935-2015)

Père de Juliette Lewis, il joua dans de nombreux films de Clint Eastwood dont il était l’ami, et dans 23 westerns depuis les années 1970 (sans compter les séries). Il débuta dans les séries western Bonanza et Le grand Chaparral en 1970, Gunsmoke (72), et tourna dans les westerns : La poussière, la sueur et la poudre (72), L’homme des hautes plaines (73), Mon nom est Personne (73), les téléfilms Honky Tonk (74) et The gun and the pulpit (74), puis LE CANARDEUR (74), LA KERMESSE DES AIGLES (75), et encore des westerns :

Les nouvelles filles de Joshua Cabe (1976), La revanche d’un homme nommé Cheval (76), c’était un chasseur de scalps dans le brûlant Shoot the sun down (78) avec Margot Kidder, puis Sella d’argento (78), le shérif Bogardus dans la magnifique saga avec Richard Chamberlain Colorado (TV-79), le révérend Meeks dans Tom Horn (1980) avec Steve McQueen, John Arlington dans Bronco Billy (1980) de Clint Eastwood, le trappeur Fred de La porte du Paradis (80)…
…le chef des Comancheros dans le téléfilm Les cavaliers de l’ombre (The shadow riders) (82), Cole Younger dans un épisode de La petite maison dans la prairie (83), le shérif Johnson dans September Gun (83), puis un western avec Divine : Lust in the Dust (85), Desperado : the outlaw war (TV-89) avec Alex McArthur, Gunsmoke : the last Apache (TV-90), Les nouvelles aventures de Croc-Blanc (94) un banquier dans Maverick (94), Gambler V : Playing for keeps (94), Rough riders (1997), Blueberry : l’expérience secrète (2004), le western raté de Jan Kounen.
Un grand du western nous a quittés !

avec sa fille Juliette


La porte du paradis/Heaven’s gate (1980) **

De Michael Cimino
Scénario : M. Cimino
Musique : David Mansfield
Photo : Vilmos Zsigmond
Durée : initiale : 3h39 (ramenées à 2h30)

Avec :
Kris Kristofferson : James Averill
Christopher Walken : Nate Champion
Isabelle Huppert : Ella
John Hurt : Billy Irvine
Jeff Bridges : John L. Bridges
Sam Waterston : Canton
Richard Masur : Cully
Brad Dourif : M. Eggleston
David Mansfield : John DeCoy
Terry O’Quinn : capitaine Minardi
Et Mickey Rourke,Geoffrey Lewis, Joseph Cotton, Willem Dafoe, Juli Erickson.

1870. Collège de Harvard. James Averill et Billy Irvine, deux étudiants, participent aux festivités avec la remise des diplômes des membres de la classe 70. Averill est amoureux d’une jeune fille qu’il rencontre au bal d’adieu.
1890. Wyoming. Des milliers d’émigrants venus d’Ukraine et d’Europe de l’Est arrivent dans le Wyoming, pour trouver du travail.
Les éleveurs de bétail y sont hostiles, car ils pensent qu’ils sont à l’origine des vols de bétail. L’un d’eux, Canton, emploie un tireur d’élite, Nate Champion, pour supprimer les émigrants qui le gênent.

Kris Kristofferson, Isabelle Huppert

Billy Irvine est devenu membre de l’association d’éleveurs en lutte contre les immigrants, tandis que James Averill, est lui maintenant shérif du Comté de Johnson (marshall) ; il tombe amoureux de la prostituée d’origine française Ella, qui a une liaison avec Champion, elle lui montre la situation périlleuse dans laquelle sont les émigrants.
Averill décide de défendre ses administrés polonais, aidé d’Ella, il démissionne de son poste quand le syndicat des éleveurs lui demande de livrer à ses mercenaires 125 personnes figurant sur une liste noire.
Il organise la riposte jusqu’à l’arrivée de la Garde nationale.

1903. Newport, Rhode Island. Sur son yacht, Averill, qui se trouve avec la jeune fille dont il était amoureux au bal d’adieu en 1870, se souvient de ces événements tragiques.

Les conflits entre puissants propriétaires terriens et imigrants européens qui veulent se faire une place au soleil, vers la fin du XIXe s…
Une reconstitution grandiose pour narrer cette histoire, basée sur des faits réels, le massacre des paysans polonais du Wyoming, parce qu’ils gênaient l’expansion de propriétaires fonciers qui levèrent une milice contre eux.

Les personnages du films, Averill, Champion ou Ella ont bien existé, mais le film prend beaucoup de libertés avec la vérité.

C’est le seul western de Michael Cimino, qui avait remporté un grand succès avec son film culte sur le Vietnam, VOYAGE AU BOUT DE l’ENFER. Il en a écrit le scénario, comme ceux de la plupart de ses films.
Tourné dans la Réserve indienne Blackfeet du Montana, pendant 165 jours, le film fut un énorme échec et causa la faillite d’United Artists : il rapporta à peine plus d’un million de dollars pour un budget de 44 millions !

La longueur du film (219 minutes ramenées à 149 minutes en 1981) a découragé les spectateurs. Les projections de presse furent catastrophiques et le film subit alors 300 coupes ! Il ressortira dans une version restaurée en 1989.
Cet échec signe le glas du western dans les années 1980, les producteurs hésitant désormais à se lancer dans des westerns aussi ambitieux… DANSE AVEC LES LOUPS ressuscitera le genre, dans les années 1990.


Michael Cimino (1939-2016)

Michael Cimino (à gauche) avec Robert de Niro et Meryl Streep (Voyage au bout de l’enfer)

Producteur, scénariste, écrivain et cinéaste, Michael Cimino avait réalisé un des films culte « guerre du Vietnam », Voyage au bout de l’enfer, pour lequel il avait reçu un Oscar et un Golden Globe. Il aimait filmer ses histoires dans des paysages naturels.
C’est un peu Clint Eastwood qui lui a mis le pied à l’étrier : Cimino commence par écrire des scénarios, notamment MAGNUM FORCE ou le 2e volet de L’INSPECTEUR HARRY, deux films avec Eastwood, c’est encore avec ce dernier (acteur) qu’il réalise son premier film, LE CANARDEUR. Son tout premier scénario est celui de SILENT RUNNING, un film de SF avec Bruce Dern.
En 1978, VOYAGE AU BOUT DE L’ENFER montre le calvaire de trois ouvriers plongés dans la guerre du Vietnam, et les sequelles psychologiques à leur retour chez eux. 5 Oscars dont réalisateur et meilleur film, ce chef d’oeuvre, d’une violence parfois insoutenable, demeure une référence.

Un de ses plus grands échecs est en 1980, La Porte du Paradis, western avec Isabelle Huppert, film qui avait causé la faillite de United Artists, et avait aussi signé l’agonie du genre western dans les années 1980, pour lequel les producteurs ne voulaient plus se mouiller (c’est la longueur du film qui découragea surtout les spectateurs). Il faudra attendre les années 1990, et surtout 2000, pour assister à la renaissance du genre.
L’ANNEE DU DRAGON offre en 1985 à Mickey Rourke un de ses meilleurs rôles, celui d’un flic alcoolo luttant contre les triades de Chinatown. Cimino dirigera à nouveau Rourke dans DESPERATE HOURS en 1990, mais cette fois lui donnera le rôle d’un hors-la-loi évadé de prison prenant un couple en otage.
Suivront LE SICILIEN, LA MAISON DES OTAGES, et THE SUNCHASER.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *