browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

James Garner / Sept secondes en enfer (Day of the gun) (Hour the gun) / Le vengeur (Shoot-out at Medicine Bend)

Posted by on 12 août 2014
James Garner (7-4-1928/19 juillet 2014)
C’était un acteur emblématique du western des années 60-70. Viril, costaud, plein d’humour et d’une gaieté communicative, qui font qu’il a aussi pas mal de comédies à son actif.
Inoubliable dans le rôle de Philip Marlowe le détective en 1969, ou dans LA GRANDE EVASION de John Sturges : c’est le prisonnier qui s’évadait avec Donald Pleasance. On le redécouvre dans les années 80 et 90 dans les comédies VICTOR, VICTORIA et le western Maverick avec Mel Gibson.

dessin de Didgiv

Le western qui le représente sans doute le mieux, et qui est devenu culte, est la comédie hilarante Ne tirez pas sur le shérifIl réussissait à mater les hommes du clan Darby (Walter Brennan), dans une petite ville du Far-West nommée Calendar, alors que la prison n’avait pas encore de barreaux !

Son personnage était une caricature du Wyatt Earp joué par Henry Fonda dans le film de John Ford de 1946… dans lequel Walter Brennan tenait d’ailleurs le rôle du bandit Ike Clanton !
Un autre de ses plus grands rôles est justement celui de Wyatt Earp dans 7 Secondes en enfer (1968), excellente suite du Règlement de comptes à OK Corral de John Sturges.

♦ Né James Baumgarner dans l’Oklahoma, il effectue son service militaire en Corée, puis, grâce à un copain, travaille dans un théâtre. Et glisser facilement des planches au petit écran, puis au cinéma. La série télé Maverick en fait un acteur très populaire, au cours de 124 épisodes diffusés sur CBS entre 1957 et 1962, parmi les deux autres acteurs récurrents, un autre va devenir lui aussi célèbre : Roger Moore, qui joue Beau Maverick. C’est un film de guerre qui révèle James Garner au cinéma : LA GRANDE EVASION en 63, il était aussi très bon en coureur automobile dans GRAND PRIX.

Ses westerns :

Films : son premier western est Le vengeur (57), de Richard L. Bare, avec Randolph Scott. Puis, Alias Jesse James avec Bob Hope (dont le titre français est Ne tirez pas sur le bandit, qui prête à confusion avec un autre film de Garner, d’ailleurs ses scènes dans ce film ont été supprimées).
Suivent La bataille de la vallée du diable (1966) excellent film de Ralph Nelson… et Sept secondes en enfer (1967) de John Sturges… Ne tirez pas sur le shérif (1968-69) de Burt Kennedy…

Puis un western tourné en Italie, Un homme nommé Sledge (1970) avec Laura Antonelli… Deux comédies en 1971 : Tueur malgré lui de Burt Kennedy et Skin Game… Puis deux productions Disney : Le petit Indien en 1973… et en 74 : The castaway cow-boy.

Meurtre à Hollywood (Sunset) (1988) de Blake Edwards, est un polar original et rétro mâtiné de western racontant une enquête sur un meurtre par le célèbre marshall Wyatt Earp et son ami l’acteur Tom Mix (Bruce Willis).
Le grand retour de James Garner dans le western est Maverick (1994) de Richard Donner, avec Mel Gibson, Jodie Foster, Garner joue le rôle du marshal Cooper.

Roughing it (2002), il joue le rôle de Mark Twain.

Téléfilms : Les rois de l’arnaque (The new Maverick) (1978) Téléfilm de Hy Averback…
Streets of Laredo (1995) avec Sissy Spacek.

Séries : La première est Zane Grey theater en 1956. Suivront : 4 épisodes de Cheyenne (55 à 57)… Sugarfoot en 57… Maverick où il joue le rôle de Brett Maverick de 1957 à 1962… Young Maverick (79)… et Brett Maverick (1981-82).

Avec James Coburn dans Maverick en 1994

avec Mel Gibson et Jodie Foster dans Maverick

avec Kim Novak (GARçONNIERE POUR QUATRE)

avec Julie Andrews dans LES JEUX DE l’AMOUR ET DE LA GUERRE (1964)

avec Joan Hackett

James Garner, Laura Antonelli, Der Einsame aus dem Westen

James Garner, Laura Antonelli

deux grands amis : James et Waylon Jennings


Le vengeur (Shoot-out at Medicine Bend)
de Richard L. Bare (1957) ***

A Medicine Bend, un businessman corrompu, aidé du shérif et du maire, fait attaquer par sa bande les trains traversant la région…

Avec Randolph Scott, James Craig, Angie Dickinson, Dani Craine, James Garner, Trevor Bardette, Don Beddoe, Michael Forest, Ann Doran

by Didgiv

by Didgiv

Premier rôle féminin important dans un western pour Angie Dickinson et aussi premier western de James Garner. Et Randolph Scott comme toujours impeccable… qui sait choisir les bons réalisateurs, aucun de ses westerns n’est raté !

Angie Dickinson, R. Scott, James Garner


 

Sept secondes en enfer (7 secondes en enfer)
(Le jour de la fusillade) (Day of the gun) (Hour the gun)
De John Sturges (1967-68) ***

Scénario : Edward Anhalt d’après le roman Sept secondes en enfer de Robert W. Krepps
Musique de Jerry Goldsmith
Photo : Lucien Ballard

Avec : James Garner (Wyatt Earp), Jason Robards (Doc Holliday), Robert Ryan (Ike Clanton), Albert Salmi (Octavius Roy), Charles Aidman (Horace).
Et Steve Ihnat, Michael Tolan, William Windom, Larry Gates, Karl Swenson, Monte Markham, Richard Bull, Sam Melville, Jon Voight, Jorge Russek, William Schallert

Pour établir la loi à Tombstone, Arizona, un magistrat municipal et un médecin emploient la manière forte en envoyant les hors-la-loi locaux faire un tour en enfer…

Robert Ryan

Et revoila John Sturges qui rempile pour remettre OK Corral au goût du jour, l’histoire commence au climax de son précédent film de 1957, là ou s’arrêtait son Règlements de comptes à OK Corral : la fusillade, puis Wyatt Earp et Doc Holliday sont acquittés mais Ike Clanton, en fuite, veut se venger…

Dans Tombstone (1993), la fameuse fusillade se situe au milieu du film. Ce western prend aussi quelques libertés avec la vérité historique, on voit par exemple Wyatt et Doc traquer Ike Clanton jusqu’à Mexico et le tuer, dans la réalité il fut tué dans un braquage quelques années plus tard, et pas par Wyatt Earp.
Le scénario fait un zoom cette fois sur l’amitié qui liait Doc Holliday et Wyatt Earp, interprété par l »impeccable Jason Robards et James Garner. Garner est impeccable dans la peau de Wyatt, mais Jason Robards ne livre pas une performance aussi percutante que Kirk Douglas en 57. Western très mâle, car les femmes sont éclipsées de l’affiche.

John Sturges aurait à l’origine aimé reprendre les mêmes acteur que la version de 1957, mais United Artists refusa, désirant distinguer ce film du précédent. Sturges insista néanmoins pour prendre John Hudson et DeForest Kelley dans les rôles de Virgil et Morgan Earp. Le studio accepta alors, hélas, Hudson s’était retiré du métier dans les années 60, et DeForest Kelley, qui travaillait sur la série STAR TREK (1966) n’avait pas de temps pour venir re-jouer Morgan Earp pour John Sturges.
Superbe musique de Jerry Goldsmith.

le vrai Doc Holliday-dessin de Doc Holliday par Didgiv

le vrai Wyatt Earp – dessin de Didgiv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *