browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Feu sans sommation (The quick gun) / Ted de Corsia

Posted by on 12 janvier 2015

Feu sans sommation (The quick gun)
de Sidney Salkow (1964) **


Avec Audie Murphy, Merry Anders, James Best, Ted de Corsia, Walter Sande, Gregg Palmer, Raymond Hatton

Remake de Top Gun (55) avec Sterling Hayden


Ted de Corsia
(1905-1973)

Ted De Corsia
Un des grands méchants du cinéma américain des années 1940-1950, il est révélé par le rôle du tueur de LA DAME DE SHANGHAI en 1947. Il sort parfois de son créneau de ‘bad guy’ pour jouer les gardiens de prison, les policiers, les juges ou des Indiens dans les westerns. Un autre de ses rôles les plus mémorables est celui du chef de gang de LA FEMME à ABATTRE (1951) avec Bogart.
Il apparait dans les westerns Le convoi maudit (1950), La vallée de la vengeance (1951), New Mexico (1951) –dans le rôle du chef indien Acoma-, c’est encore un Indien dans Le fils de Géronimo (1952), un shérif dans Vaquero (53), puis L’homme au fusil (55), le chef indien Kowanen dans L’attaque du fort Douglas (56), Les dernières heures d’un bandit (56), Règlement de comptes à O.K. Corral (57), Gun battle at Monterey (57), le chef indien Buffalo Horn dans Oklahoma Territory (60), Noose for a gunman (60), c’est le célèbre bandit Black Bard dans The slowest gun in the West (1960), Feu sans sommation (1964), La flèche sanglante (64), un barman dans Nevada Smith (66), 5 cartes à abattre (68), on le voit aussi dans des séries western comme La flèche brisée (1956-58), The lone ranger, Les mystères de l’Ouest, Tales of Wells Fargo, Laramie, Le grand ChaparralLawman, Zane Grey Theater, Rawhide, The Deputy, Le cheval de fer, Gunsmoke ou encore Au nom de la loi…, il termine sa carrière pour le petit écran, mais son dernier film est signé Jacques Deray en 1972, UN HOMME EST MORT, avec Jean-Louis Trintignant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *