browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Dan Duryea / Bandits de grands chemins (Derrière le masque) (Black Bart)

Posted by on 1 juillet 2013
DAN DURYEA (23-1-1907/7-6-1968)

Dan Duryea (cine revue aout 1976)

« Le plus sympathique des mauvais garçons » titrait Ciné revue en 1976, Dan Duryea s’est spécialisé dans des rôles de voyou et bandit dans certains des plus grands classiques des années 40 et 50.
Il travaillait pour une agence de publicité quand, après un malaise cardiaque, son docteur lui conseilla de faire un travail moins stressant…

Il démarre ainsi à Broadway, dans une pièce de 1938 où il joue Bob Ford, le lâche qui a tiré sur Jesse James, dans Missouri legend, au théâtre. Et au cinéma en 1941 dans  LA VIPERE avec Bette Davis.
D’abord dans des films noirs, puis de nombreux westerns de série B et Z.
Le premier est la comédie Le grand Bill (1945), dans lequel Gary Cooper est pris pour un bandit joué par Duryea, ce qui donne lieu à des quiproquos. Dans Bandits de grands chemins (48), il campe le fameux pilleur de diligences Black Bart, qui tombe amoureux de la danseuse Lola Montès (Yvonne de Carlo).
Il partage, la même année, encore l’affiche avec Yvonne De Carlo du Barrage de Burlington (48). Son rôle le plus fameux est sans aucun doute celui du bandit de Winchester 73 (1950) à qui James Stewart inflige une sévère correction.

Audie Murphy, Dan Duryea

Le survivant des monts lointains

Puis, il a la vedette de Al Jennings of Oklahoma (1951), biographie du célèbre voleur de banque, puis joue en 1954 dans trois bons westerns : Chevauchée avec le diable, Seul contre tous, et Quatre étranges cavaliers.
Encore la tête d’affiche dans Les maraudeurs (55), c’est le bandit qu’affronte encore James Stewart dans Le survivant des monts lointains (57), avec aussi Audie Murphy, qu’il retrouve pour Six chevaux dans la plaine (62).

Suivront deux westerns avec Tom Young : La valse des colts (1964) et Cinq mille dollars mort ou vif (64), c’est la star de Chasseur de primes (1965), dans ces deux derniers films, il joue avec son fils Peter Duryea.

Encore des seconds rôles encore dans Sans foi ni loi (1966) puis le western italien Du sang dans la montagne (66), il joue dans Winchester 73 (67), téléfilm-remake du film de 1950, at last, son dernier western est aussi un téléfilm, L’homme en fuite en 1967, réalisé par l’efficace Don Siegel.

Et des séries dont Zane Grey Theater, La grande caravane Rawhide..Bonanza, Laramie, Tales of Wells Fargo.

Dan Duryea by Edward Martin

(Pub !)

avec Shelley Winters

Sans foi ni loi avec Robert Fuller

 


Bandits de grands chemins (Derrière le masque) (Black Bart) de George Sherman (1948) ***

Le bandit Black Bart (Dan Duryea) rencontre la danseuse européenne Lola Montès (Yvonne De Carlo)…

Et avec Jeffrey Lynn, Percy Kilbride, Lloyd Gough, Frank Lovejoy, John McIntire, Don Beddoe, Soledad Jimenez, Chief Many Treaties, Fanklyn Farnum, Douglas Fowley, Ray Teal…


Sept ans avant Martine Carol (dans Lola Montes), la sensuelle Yvonne De Carlo incarne la célèbre chanteuse et danseuse, « femme la plus scandaleuse du siècle », Lola Montès. C’est le premier western de John  McIntire.
Dan Duryea, habitué aux rôles de durs dans les westerns, campe Black Bart, qui était un pilleur de diligences en Californie, connu pour sa courtoisie, il laissait des poèmes sur les lieux de ses délits. Seul le western Nevada (1941) avait déjà évoqué ce fameux outlaw.
Dan Duryea et Yvonne De Carlo partagent l’affiche, la même année, d’un autre western, Le barrage de Burlington.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *