browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Dorothy McGuire / La loi du Seigneur

Posted by on 11 novembre 2014

Dorothy McGuire
(1916-2001)

Dorothy McGuire

(cine revue 1976)

Vedette de mélodrames des années 50, Dorothy McGuire donna la réplique à Gary Cooper dans La loi du seigneur en 1956.
Elle interprète Marie dans LA PLUS GRANDE HISTOIRE JAMAIS CONTEE en 1965, ce fut un de ses meilleurs rôles.


La loi du Seigneur (Friendly persuasion) (1956) ***

De et produit par William Wyler

Scénario : Michael Wilson

Avec Gary Cooper : Jess Birdwell
Dorothy McGuire : Eliza Birdwell
Marjorie Main : la veuve Hudspeth
Anthony Perkins : Josh Birdwell
Et Richard Eyer, Tom London, Phyllis Love, William Schallert, Robert Middleton, John Compton.

1862. Une famille quaker, dont la religion interdit toute forme de recours à la violence et à l’esclavage, mais aussi la musique, la danse et les jeux d’argent, se retrouve confrontée à des choix difficiles et à des dilemmes alors que la guerre de Sécession fait rage dans le sud de l’Indiana.
Un officier nordiste invite les jeunes hommes à rallier la cause de l’Union et à prendre les armes. Le jeune Josh est troublé et doute de son courage…

C’est un des plus grands succès de l’année 1956 et pour certains critiques un des plus beaux films de Gary Cooper dans les années 50.

William Wyler livre une belle peinture d’une famille Quaker pendant la guerre Civile. L’auteur du scénario ne figurait pas au générique, car reconnu coupable d’avoir appartenu au parti communiste. On lui doit aussi LE PONT DE LA RIVIERE KWAI et LAWRENCE d’ARABIE. Gary Cooper avait déjà aidé en 1952 un scénariste victime du maccarthysme (Carl Foreman) en jouant dans son film LE TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS.


C’est un des quatre westerns d’Anthony Perkins, avec JICOP LE PROSCRIT, DU SANG DANS LE DESERT et JUGE ET HORS-LA-LOI. Il allait devenir célèbre quatre ans plus tard en incarnant Norman Bates, le tueur psychopathe de PSYCHOSE d’Alfred Hitchcock.

Le film reçut la palme d’or au festival de Cannes 1957.
Dernier western de Wyler, et le 3e qu’il fit avec Gary Cooper, après Madame et son cowboy et Le cavalier du désert, ces deux sur un registre plus humoristique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *