browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Yvonne De Carlo / Passion (Tornade) / La madone du désir (La belle de San Francisco) (The San Francisco story) / La belle aventurière (Gal who took the West)

Posted by on 1 septembre 2014
YVONNE DE CARLO (1-9-1922/8-1-2007)
Exotique et sensuelle aventurière

Comme Linda Darnell, Hedy Lamarr ou Jennifer Jones, Yvonne De Carlo est l’une des plus jolies fleurs exotiques du cinéma américain des années 40 à 60.

dessin de Didgiv

Elle prêtait magnifiquement ses traits à de sensuelles esclaves, aventurières sauvageonnes, Reines de saloon aguicheuses ou filles hors-la-loi mutines dans de nombreux westerns et films d’aventures, souvent signés Lesley Selander ou George Sherman, et quelque fois avec Rod Cameron.
Elle fera aussi carrière en Europe à la fin des années 50.

Née au Canada, elle s’installe avec sa mère à Los Angeles en 1940 et se fait remarquer par la Paramount qui lui fait signer un contrat hebdomadaire… Elle joue en 1943 dans The deerslayer, d’après James Fenimore Cooper.

Puis, l’Universal la fait sortir de l’ombre en lui proposant de jouer le personnage principal, une danseuse exotique, de son western en Technicolor Les amours de Salomé en 1945 avec Rod Cameron, canadien comme elle. Elle devient une star.

Elle retrouve ces deux derniers pour La taverne du cheval rouge, la même année et incarne Lola Montes dans Bandits de grands chemins en 1948… amoureuse du fameux pilleur de diligences Black Bart.

En 1949, c’est La belle aventurière, elle incarne une chanteuse d’opéra allumant les feux du désir chez deux frères (voir ses maquillages en bas d’article).
Trois films de George Sherman ensuite : Le barrage de Burlington (48), puis La fille des prairies (1949) où elle incarne la célèbre outlaw Calamity Jane.
Et Tomahawk, où elle s’entiche de Van Heflin…

Les rebelles de l’Arizona

Suivront en 1951 La ville d’argent, puis La madone du désir (52) avec Joel McCrea, un western avec Rock Hudson : Une fille à bagarres (52) de Sidney Salkow, où elle incarne une reine de saloon, Roxy McClanahan, qui se fait passer pour la veuve d’un Officier de la guerre Civile.
Elle forme toujours un très beau couple avec Joel McCrea, et Les rebelles en 1954 le confirme encore…

dans Sam Bass

Puis c’est Tornade (Passion) (1954) où elle enflamme Cornel Wilde, avant d’étreindre sauvagement Sterling Hayden dans Amour, fleur sauvage (1955) et de faire perdre ses sens à Rory Calhoun dans Raw Edge en 1956.
En 1956, Cecil B. DeMille la choisit pour être la femme de Moïse (Charlton Heston), Sephora, dans LES DIX COMMANDEMENTS, De Carlo est désormais une véritable star, demandée par les plus grands cinéastes.

Un de ses meilleurs rôles est celui du film d’aventures romantique L’Esclave libre, en 1957, elle y est la superbe métisse esclave dont tombe amoureux Clark Gable, avec en fond les décors colorés de la Nouvelle-Orléans…
A la fin des années 50, Yvonne tourne dans des films historiques et péplums en Europe… puis revient aux USA jouer dans des séries B et pour la télévision (Bonanza, Le Virginien).

Elle n’abandonne pas le cinéma pour autant : elle va désormais donner la réplique au roi des cow-boys, John Wayne en personne dans le western comique Le grand McLintock : De Carlo incarne sa jolie cuisinière et logeuse ; dans une scène quasi-burlesque, elle l’aide (difficilement !), alors qu’il est saoul, à descendre un escalier !

En 1964, elle joue avec Dale Robertson dans Condamné à être pendu (1964), puis le fade George Montgomery (Hostile guns, 1967), Howard Keel dans Les rebelles de l’Arizona en 1968, est la vedette d’un western méconnu, Arizona Slim en 1974 et joue dans The mark of Zorro (1974).

Comme tant de stars des années 40-50 (John Carradine, Lon Chaney…), Yvonne De Carlo va tourner plusieurs séries B horrifiques dans les années 70, et fait ses débuts à Broadway en 1971.

en N&B – dessin de Didgiv

Music.
Elle a chantée dans… :
LA TAVERNE DU CHEVAL ROUGE : What is love et Set ‘em up Joe
LE BARRAGE DE BURLINGTON : Louie Sands and Jim McGee
LA BELLE AVENTURIERE : Clancy Lowered the Boom et Frankie and Johnnie.

Yvonne De Carlo (15-2-66 cinérevue) 2

♣ Yvonne De Carlo à la Une de Paris-Hollywood-revue des années 40 :

Yvonne de Carlo Paris-Hollywood_

La descente dans l’escalier, bourré : Le grand McLintock ! avec (le grand) John Wayne

avec Clark Gable

Blue suede shoes


PASSION (TORNADE) de Allan Dwan (1954) ***
Tornade

cinerevue

Dans la Californie espagnole, un fermier (Cornel Wilde) venge le massacre de sa famille par des bandits…

Et avec Raymond Burr, Yvonne de Carlo, Lon Chaney Jr., John Qualen, Rodolfo Acosta, Anthony Caruso, Frank deKova, Peter Coe, John Dierkes, Richard Hale, Clayton Moore, Robert Warwick, Stuart Whitman

Récit d’une vengeance implacable tourné dans de superbes décors naturels (Californie) qui réside sur l’attrait de plusieurs interprètes bien choisis : Cornel Wilde, héros romantique des films d’aventures qui fait une escapade dans le western, la magnifique Yvonne de Carlo  et dans des seconds rôles l’impeccable Raymond Burr en shérif (qui fut sérieusement blessé à la jambe lors d’une scène de poursuite, le scénario dût être réécrit) et Rodolfo Acosta, on remarquera aussi Stuart Whitman dans le rôle d’un vaquero, c’est un de ses premiers westerns, il joue la même année dans Quatre étranges cavaliers.

Film en entier (en espagnol)


La madone du désir (La belle de San Francisco) (The San Francisco story)
de Robert Parrish (1952) **


San Francisco années 1850. L’éditeur de presse Jim Martin demande l’aide du propriétaire de mine Rick Nelson pour vaincre un politicien corrompu.

Avec Joel McCrea, Yvonne De Carlo, Sidney Blackmer, Florence Bates, Onslow Stevens, Trevor Bardette, Chet Brandenburg, John Doucette.

Bonne série B avec l’impeccable Joel MCrea, une des grandes vedettes de westerns des années 40-50 et la magnifique Canadienne Yvonne de Carlo. L’étonnant titre français valorise le personnage joué par l’actrice, mais ressemble plutôt à un titre de mélodrame italien des années 40.


La belle aventurière (Gal who took the West)
de Frederick De Cordova (1949) ***

Pour l’inauguration de son théâtre, le puissant O’Hara engage une grande cantatrice… La chanteuse d’opéra va causer la discorde entre deux frères.

Avec Yvonne de Carlo, Scott Brady, Charles Coburn, John Russell, Myrna Dell, Clem Bevans, James Millican, Russell Simpson, John Litel, Victor Adamson, Chet Brandenburg, Paul Brinegar.

Une comédie western où Yvonne De Carlo est une chanteuse d’opéra allumant les feux du désir chez deux frères : on pense inévitablement au Duel au soleil de King Vidor -dans un registre dramatique- mais auss à deux autres westerns ou De Carlo joue une danseuse ou chanteuse allumant les mâles désirs : La taverne du cheval rouge (Frontier Gal) et Black Bart ; dans lequel elle incarnait Lola Montès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *