browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Chuck Connors / Broken Sabre (le sabre brisé) (L’exploit du capitaine McCord) / Le sentier de la guerre (Tomahawk trail) / Les orgueilleux (The proud and damned)

Posted by on 30 juin 2013

CHUCK CONNORS (Chuck Conners) (10-4-1921/10-11-1992)

Ancien champion de baseball et de basket, l’Irlandais Chuck Connors tourne son premier film en 1952 et devient une vedette avec la série L’homme à la carabine dès 1958, et son rôle dans Geronimo au cinéma. Il interprète souvent des méchants, et tourne dès 1968 dans des westerns européens, puis dans des films d’horreur.

GERONIMO

Chuck Connors était…
* fervent supporter du parti Républicain, ami du Président Richard Nixon
* un ami du Secrétaire général soviétique Leonid Brejnev, qu’il est allé voir en URSS.

Chuck Connors, Anne Morrell dans LE PROSCRIT

* deux fois « l’ennemi » de Charlton Heston ; dans Les grands espaces et  SOLEIL VERT, mais dans la vie, c’était un de ses copains.
* le pote de : Johnny Crawford, Gregory Peck, James Arness, Michael Landon, James Drury, Charlton Heston, Burt Lancaster, Aldo Ray et Angela Lansbury.
* Ses parents étaient originaires du Nord Canada, et avaient des ancêtres anglais et irlandais.
* a écrit les scénarios de 2 épisodes du Proscrit et 4 de L’Homme à la carabine.

Ses Westerns :

The silver whip (1953)
Zane Grey Theater
 (57)
Tales of Wells Fargo
La grande caravane

Tomahawk trail (1957)
La veuve et le tueur (57)
Les grands espaces (1958)
Géronimo (1962)
Broken sabre (Le sabre brisé) (1965)  Montage de 3 épisodes du Proscrit
Marqué au fer rouge (1966
Tuez les tous… Et Revenez Seul ! (1968)
Les dynamiteros (1971)
Les orgueilleux (1972)
Pancho Villa (1972)
Banjo Hackett : Roarin’ Free (1976) Téléfilm
Racines (1977) Saga TV.
Las mujeres de Jeremias (1981)
The Capture of Grizzly Adams (1982)
The lone star (1983)
All american cowboy (1985)
Once upon a Texas train (1988) Téléfilm
The gambler returns : The luck of the draw (1991) Téléfilm

Science-Fiction :
Soleil vert
(1973)

Chuck Connors & Buddy Baer, Marqué au fer

Marqué au fer (cinerevue)

Et les séries :
Frontier (1956), Gunsmoke (1956), Tales of Wells Fargo (1957), La grande caravane (1957), The restless gun (57), Zane Grey theaters (1958), The adventures of Jim Bowie (58), Le proscrit (1965-66), Le Virginien (1971), Best of the West (1981), The yellow rose (1983-84), Le cavalier solitaire (1988-90).


Broken Sabre (le sabre brisé) (L’exploit du capitaine McCord) de Bernard McEveety (1965)

1880. Dégradé à l’armée pour lâcheté dans les guerres indiennes, Jason McCord entend redorer son blason de retour à la vie civile et prouver qu’il n’est pas ce que les gens croient.

Avec Chuck Connors, Kamala Devi, Wendell Corey, Cesar Romero, John Carradine, Patrick Wayne, Peter Breck, Macdonald Carey

Téléfilm-montage en couleur de 3 épisodes de la saison 1 du Proscrit


Le sentier de la guerre (Tomahawk trail) (1957) de Lesley Selander

Avec Chuck Connors, John Smith, Susan Cummings, Lisa Montell, Harry Dean Stanton

Le sergent McCoy prend le commandement d’ une troupe de cavalerie, qui perd ses chevaux dans une embuscade des Apaches…

Tournée dans le fort Kanab et le désert de l’Utah, cette série B de United Artists vaut le détour pour Chuck Connors, avant qu’il ne connaisse la célébrité sur petit écran. De l’action, mais des Indiens sétéréotypés, on est loin d’Anthony Mann ou de Delmer Daves…


Les orgueilleux (The proud and damned) (1972) USA-Colombie-Philippines-Espagne de Ferdé Grofé Jr.

Avec Chuck Connors, Aron Kincaid, Cesar Romero, José Greco, Henry Capps

Cinq mercenaires confédérés sous la houlette du sergent Will Hansen se retrouvent au milieu d’une guérilla dans un petit village de la frontière, entre un dictateur militaire et des villageois qui se battent pour leur liberté…

Tourné en Colombie, en 1969 (mais sorti trois ans après, il eut des problèmes de distribution), un petit air de VERA CRUZ pour ce western co-produit par George Montgomery. Il se rattache à la tradition des films de « mercenaires », lancé par Les sept mercenaires, et qu’on retrouve dans des films comme Les professionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *