browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

James Coburn / Les Centaures (The Honkers) / The Cherokee kid / La chevauchée sauvage (Bite the bullet)

Posted by on 31 août 2016

JAMES COBURN  (31-8-1928/18-11-2002)

James Coburn (cinérevue nov. 66)Avec son côté désinvolte et le visage ricanant, flegmatique, le regard perçant, parfois menaçant, il excellait dans les rôles de mercenaire, de soldat ou d’aventurier expérimenté. Il a été révélé par le personnage de Britt, le lanceur de couteaux laconique des 7 Mercenaires  de John Sturges en 1960. Comme Charles Bronson, il est un de ceux qui ne vont pas survivre (il meurt d’une balle dans le cœur), dans leur combat contre  les bandits qui terrorisent des villageois.

James Coburn

James Coburn, Kirk Douglas

Coburn est surtout un second rôle dans les années 50 et 60, mais sur le tard, il va incarner des personnages principaux dans des films qui exploitent cette image de héros (ou de bandit) peu loquace et plutôt sympathique, même si dans certaines occasions, il peut se révéler très redoutable.

Son premiers western est pour la Columbia : La chevauchée de la vengeance en 1958, il joue un des deux hors-la-loi repentis, avec Pernell Roberts, qui se joignent à Randolph Scott escortant un meurtrier jusqu’à Santa Cruz… Puis, c’est le succès avec Les 7 mercenaires, où il croise Robert Vaughn avec qui il jouait à la même époque dans la série Wichita (1959-60). Et Steve McQueen, avec qui il joue dans 3 épisodes d’Au nom de la loi

James Coburn, Margaret Blye

avec Mel Gibson dans Maverick (1994)

Après ça, Coburn va tourner dans de nombreuses séries entre 59 et 1963, comme deux épisodes de Zane Grey Theater, deux de Laramie en 1959 et 61, Cheyenne en 61, Lawman, Tales of Wells Fargo et The Deputy, RawhideBonanzaHave gun – will travelLa grande caravane puis LA GRANDE EVASION, The man from Galveston (1963) de William Conrad, il est étonnant en manchot barbu dans Major Dundee.
Mettons entre parenthèses un très mauvais western, L’or des pistoléros en 67, puis il se retrouve plongé en pleine révolution mexicaine, avec Rod Steiger, avec Il était une fois la Révolution en 71.

 (ciné revue 27 avril 67)

James Coburn et Camilla Sparv dans Un truand

A nouveau la tête d’affiche d’un western européen, La horde des salopards (1972), sur le thème des criminels/mercenaires en mission, puis des Centaures, un film sur le rodéo, la même année… également très ‘Peckinpien’, celui-ci dans la même veine que Junior Bonner.

Kris Kristofferson, James Coburn

Un de ses rôles les plus célèbres est celui de Pat Garrett dans Pat Garrett et Billy Le kid (1973), un tandem efficace avec le chanteur de country Kris Kristofferson dans un western devenu cultissime.
Dans La chevauchée sauvage (1975) de Richard Brooks, il campe un des neuf aventuriers qui se retrouvent, au début du XXe s., dans une compétition : 700 miles à effectuer en quelques jours.

Il sera peu crédible, avec son teint et ses yeux clairs, dans la peau du bandit indien de La loi de la haine en 1976.

Enfin, un western méconnu, dont on trouve peu de traces, car il s’agit d’un téléfilm, Le duel des héros en 1984 voit s’affronter Kirk Douglas et James Coburn, dans l’histoire d’un homme injustement accusé d’avoir attaqué une diligence et tué un homme…

Mentionnons encore Young Guns II, en 1986, où il joue l’éleveur Chisum, Maverick en 1994, le téléfilm The cherokee kid (1996) et Texas Ranger (2001) récit à la gloire des Texas rangers dont il est le narrateur dans la VO.

Barbara Hershey-james coburn (cine revue 1976)

Les sept mercenaires

Major Dundee (1965)


LES CENTAURES (THE HONKERS) de Steve Ihnat (72) **

Slim Pickens

Avec James Coburn, Loïs Nettleton, Slim Pickens, Anne Archer, Richard Anderson, Jim Davis

Tellement absorbé par son activité de champion de rodéo, un homme délaisse sa petite famille et son meilleur ami…

Un rodeo western avec en vedette le lanceur de couteaux laconique des Sept mercenaires, James Coburn, dont le personnage est amoureux d’une native américaine jouée par Anne Archer. Dans le même style, vous aimerez Junior Bonner de Peckinpah, on retrouve d’ailleurs un de ses acteurs fétiches, Slim Pickens. Arnold Laven, ami de Peckinpah, est un des producteurs de ce film. Il ne manque plus que le grand Sam à la réalisation…

James Coburn, Anne Archer, Jim Davis

Anne Archer en Indienne… et James Coburn

James Coburn, Anne Archer


The cherokee kid
Téléfilm de Paris Barclay (1996) **

La vengeance d’un homme dont la famille a été massacrée.

Avec Sinbad, James Coburn, Gregory Hines, A Martinez, Ernie Hudson, Mark Pellegrino, Walton Goggins, Hal Williams, Burt Reynolds, Lorraine Toussaint, Herb Jeffries…


La chevauchée sauvage (Bite the bullet)
de Richard Brooks (1975) ***

1906, un journal organise une compétition : 700 miles à effecteur en quelques jours. 9 aventuriers se lancent dans la course, dont une ancienne prostituée (Candice Bergen), un Anglais (Ian Bannen), un jeune cow-boy (Jan-Michael Vincent) et un vieil homme (Ben Johnson), et deux amis (Gene Hackman et James Coburn).

Et avec Robert Donner, Jean Willes, Dabney Coleman, Jerry Gatlin…

Quatre ans après Les charognards, Gene Hackman et Candice Bergen (la belle blonde de Soldat bleu), en dame de petite vertu, se retrouvent pour un 2e western, plus divertissant, basé sur des faits réels : des courses qui eurent lieu entre 1880 et 1910, et plus particulièrement de celle de 1908, organisée par le Denver Post avec une récompense de 2500 $, avec 700 miles à parcourir.
Solides scénario et réalisation de Richard Brooks (Les professionnels), belle affiche, Charles Bronson avait refusé le rôle tenu par Gene Hackman.

x

One Response to James Coburn / Les Centaures (The Honkers) / The Cherokee kid / La chevauchée sauvage (Bite the bullet)

xx
  1. lharmonica

    voilà une personne que j’adore aussi bien acteur que homme , il a été ami et élève (( pas mauvais d’ailleurs )) de bruce lee . un homme très courageux avec ses problèmes de mains . un des rares qui montait bien à cheval et pourtant désavantagé par sa grandeur . un homme qui n’a jamais fait la une des médias .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *