browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Lee J. Cobb / Les démons du Texas (The tall Texan) / Le solitaire de l’Ouest (Le sanguinaire de l’Ouest) (The Bull of the West)

Posted by on 30 juin 2013
LEE J. COBB (8-12-1911/11-2-1976)
Lee J. Cobb (cine revue 1976)
Lee Jacoby  changea son nom en Lee J. Cobb sur les conseils de son père. Devenu une vedette après la Guerre, il fut impliqué durant la fameuse chasse aux sorcières anti-communistes dans les années 50.

Avec son tronche d’éternel mécontent et de dur à cuire, il avait une prédilection pour les rôles antipathiques : gangster hargneux, mafieux teigneux et patibulaire des bas-fonds. Sa voix, typique, une sorte de grognement, ajoutait à son talent. Sa plus belle composition demeure sans doute celle du 3e juré obstiné de DOUZE HOMMES EN COLERE, en 1956.

Clu Gulager et Lee J. Cobb

Côté westerns, le public l’apprécia tout particulièrement dans l’excellente série télé Le Virginien, il y jouait le juge Henry Garth. Il débute en 1937 dans un Hopalong Cassidy, comme Robert Mitchum, à savoir Au Nord du Rio Grande (North of the Rio Grande), avec William Boyd, puis un second : Rustler’s valley la même année.

Suivront notamment La vallée infernale (1943) avec Richard Dix, Les démons du Texas (53), tourné en 8 jours (!) comme nombre de séries B de cette époque, Yankee Pasha (1954) de Joseph Pevney, Colorado Saloon en 55 avec John Payne. Et, superbe, en chef de gang, dans L’Homme de l’Ouest de Anthony Mann, en 58.

Puis, il fait partie de la pléiade de vedettes embauchées par John Ford dans  l’épique Conquête de l’Ouest en 1962. Il est donc le juge Henry Garth pour la très belle série western Le Virginien de 1962 à 71 et apparait dans d’autres séries westerns comme Zane Grey Theater, Gunsmoke.
Puis, un tout petit rôle dans Le jour des Apaches en 68, suivront L’or De MacKenna, Le fantôme de Cat Dancing (73) et Macho Callahan.

Dans L’Homme de la loi (1971) de Michael Winner, il est un puissant propriétaire terrien dont les hommes ont tué un vieil homme. Un marshal –Burt Lancaster- vient rendre justice.

Lee J. Cobb est aussi à l’affiche en 1971 avec Charles Bronson du Solitaire de l’Ouest, en fait un montage habile, fusion de deux épisodes du Virginien (de 1962 et 65), un téléfilm donc, distribué après que Bronson soit devenu une grosse star… La magie du montage !

A son actif donc, une bonne poignée de westerns, une centaine de films et une suprême récompense posthume en 1981 : son nom fut inscrit en lettres d’or dans le Hall de la gloire du théâtre américain, qui ne compte qu’une vingtaine de membres. Il aurait apprécié, lui qui n’adorait que jouer sur les planches.

« Avoir fait du cinéma est une chose que je regretterai jusqu’à l’heure de ma mort », avait-il avoué…


Les démons du Texas (The tall Texan)  de Elmo Williams (1953) 


Avec Lloyd Bridges, Lee J. Cobb, Marie Windsor, Luther Adler, Syd Saylor…

La recherche d’un trésor en territoire comanche…


Le solitaire de l’Ouest (Le sanguinaire de l’Ouest) (The Bull of the West)
De Jerry Hopper, Paul Stanley (1972) *

la femme ou la bouteille ?

Scénario : D.D. Beauchamp, Borden Chase, Richard Fiedler, Don Ingalls (d’après les romans de Dee Linford et James Duff McAdams).

Avec :
Charles Bronson : Ben Justin
Geraldine Brooks : Georgia Price
Gary Clarke : Steve
Lee. J. Cobb : Juge Garth
James Drury : le Virginien
Clu Gulager : Ryker
Ben Johnson : Spinner
Brian Keith : Johnny Wade
Et DeForest Kelley, George Kennedy, Doug McClure, Lois Nettleton, Vito Scotti…

la bouteille !

Ben Justin s’adonne à la boisson. Il vient de renvoyer ses deux gardiens de bétail sous l’emprise de la colère. Il refuse de solliciter l’aide de son fils, Will…

Ce téléfilm, sorti dans les salles en France en 1971, est en fait un montage de deux épisodes de la série Le Virginien, Duel at Shiloh (1963), qui est un remake de L’Homme qui n’a pas d’étoile, et Nobility of the kings (1965).
Le héros de cette série était James Drury. Il n’apparait qu’en second rôle dans ces deux épisodes fusionnés.

Il a été distribué après que Charles Bronson soit devenu une star, avec les films qu’il a tournés en Europe entre 1968 et 1969, LE PASSAGER DE LA PLUIE, ADIEU l’AMI et Il était une fois dans l’Ouest.
Il ne jouait que dans le 2e épisode, Nobility of the kings, et aussi dans un autre épisode de 1967, The reckoning, mais qui n’a pas été inclus dans ce montage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *