browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Charlita/Toughest man in Arizona

Posted by on 30 juin 2013

Charlita (5/07/1921-28/01/1997)

De son vrai nom Clara Isabelle DeFreitas, parfois créditée sous les noms de Charlita Regis ou Charlita Roeder, elle fait partie de ces jolis minois exotiques qui ornent la panoplie des décors westerniens.

Brune très typée, elle est cantonnée dès ses débuts aux personnages d’arrière plan d’entraîneuses, de saloon girl ou de tenancières d’hôtel ou d’Indiennes. Un de ses plus célèbres rôles est celui de chanteuse de bar aux bras d’ Anthony Quinn dans Vaquero en 1953.

Le bandit

Son premier long métrage, Le cavalier fantôme (1949) est un western de la Republic avec Rod Cameron. Puis, South of Caliente (1951), L’ange des maudits (1952) en saloon girl, Apache war smoke (1952), Toughest man in Arizona, Bataille sans merci (1953) de Raoul Walsh, dans Massacre canyon en 1954, elle chante et danse dans Le bandit (1955) avec Arthur Kennedy, ou Six chevaux dans la plaine en 1962 -elle est une encore danseuse mexicaine-, le western comico-horrifique Billy the kid vs Dracula (1966) et a un petit rôle dans El Dorado en 1967.

Et quelques séries western comme Cheyenne, Rintintin (56), The lone ranger, Gunslinger…

Le cavalier fantôme - Rod Cameron



Toughest man in Arizona – de R.G. Springsteen (1952)

Avec Vaughn Monroe, Joan Leslie, Edgar Buchanan, Victor Jory, Jean Parker, Harry Morgan, Charlita, Francis Ford, John Doucette, Sheb Wooley.

Marshal Landry capture le bandit Girard et sur le chemin trouve une femme et deux enfants ayant survécu à une attaque d’Indiens. Les frères de Girard le libèrent, avant d’attaquerun convoi d’argent…

Série B en Trucolor avec en vedette un piètre acteur plus fameux comme chanteur, Vaughn Monroe, qui ne tourna qu’une poignée de films… pour une poignée de dollars puisque c’était des séries Z !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *