browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Chapagua (L’oro dei bravados) / Federico Boido

Posted by on 6 mars 2014

Chapagua (L’oro dei bravados)
Franco-italien de Giancarlo Romitelli (Don Reynolds) (1970)

Des années après avoir caché un trésor, Jack et Chapagua (George Ardisson et Boby Lapointe) tentent de le récupérer, mais une aventurière (Linda Veras) s’en empare…

Et avec Linda Veras, Rik Battaglia, Piero Lulli, Franco Pesce, Jean-Pierre Jumez, Federico Boido.

Petit western franco-italien sans prétention avec en tandem le ‘James Bond’ italien George Ardisson et le chanteur Bobby Lapointe, étonnant en bandit mexicain.

Ni la beauté des paysages -massacrés par une photographie désastreuse-, ni l’humour et ni la musique de Luis Bacalov (trompette et guimbarde) n’arrivent à sauver le film d’une réalisation et d’un scénario médiocres.
Le film a été tourné avec peu de moyens en Italie à Elios dans la banlieue romaine… et cela se voit hélas à l’écran !

Linda Veras

Image

♣ La musique de Bacalov :
—————-
Federico Boido (Rico Boido) (Rick Boido) (Rick Bold) (Rick Boyd) (Ryk Boyd) (Rich Boyd)(1940-2014)

Né dans le Piémont, Federico Boido débute dans les romans-photos italiens (en gangster ou espion) puis acteur de péplums, films de science-fiction, de guerre, et dans les westerns-spaghetti -il en a tourné 40 !- où il joue souvent les ‘Henchman‘ (hommes de main) psychopathes, une de ses performances les plus remarquées était dans le spy-movie européen DANGER : DIABOLIK !  en 1968. Il clôt sa carrière avec d’obscurs films hardcore, en 1998.

♥ Westerns avec Federico Boido :
Djurado (1966), Sept winchester pour un massacre (67), Django, le taciturne (67), Cjamango (67), Trois salopards, une poignée d’or (67), Bang Bang Kid (67), Il était une fois en Arizona (67), Chacun pour soi (68), Clayton l’implacable (68), Saludos, hombre (68), Ciel de plomb (68), Les quatre de l’Ave Maria (68), Le fossoyeur (69), Django sfida Sartana (70), Django arrive, préparez vos cercueils (70), Roy Colt et Winchester Jack (70), Sartana dans la vallée des vautours (70), Adios Sabata (70), Chapagua (70), Bonnes funérailles, amis, Sartana paiera (70), On m’appelle Alleluia (1971), On m’appelle King (71), Quel maledetto giorno della resa dei conti (1971), Le retour de Sabata (71), Le jour du jugement (71), Gli fumavano le colt… lo chiamavano Camposanto (71), Acquasanta Joe (71), Uomo avvisato mezzo ammazzato… Parola di Spirito Santo (72), Jesse & Lester – Due fratelli in un posto chiamato Trinita (72), Miss Dynamite (72), Spara Joe… e cosi sia ! (72), Lo chiamavano Verita (72), Amico mio, frega tu… che frego io ! (73), Partirono preti, tornarono… curati (73), Ci risiamo, vero Providenza (73), Shangaï Joe (73), Che botte ragazzi ! (75), Une fille nommée Apache (76)

Clayton l’implacable…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *