browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Edgar Buchanan / Les desperados (The desperadoes) / Abilene town (Réglement de comptes à Abilene Town) / Le maître de la prairie (The sea of grass)

Posted by on 30 juin 2013

EDGAR BUCHANAN (20-3-1903/4-4-1979)

William Edgar Buchanan est une figure populaire du cinéma américain, un second rôle réputé avec près de 200 films et séries à son actif, dont les 222 épisodes de Pettitcoat Junction en 1963, il a été le héros de sa série Judge Roy Bean en 1956. Il représente facilement des personnages débonnaires et intègres, mais parfois un peu couards, avec un visage rond et souriant, c’est pourquoi il a souvent eu des rôles de juges, mais aussi de shérifs ou de médecins ivrognes…

On se souvient de lui dans Coups de feu dans la Sierra (1962) : il est le juge qui unit James Drury et Marriette Hartley, mais, découvrant le jour de la noce que c’est un voyou, elle va pleurer vers Joel McCrea qui vient voir Buchanan et déchire l’acte de mariage…
Il était un juge aussi dans un de ses premiers westerns, Arizona (1940) avec William Holden.

Edgar Buchanan-randolph scott – ton heure a sonné

Suivront (filmographie partielle) :
Les Dalton arrivent (1940)... Texas (41) avec Glenn Ford, William Holden… Tombstone : The town Too Tough To Die (1942) avec Richard Dix (l’histoire du règlement de comptes à OK Corral), puis Les desperados de Charles Vidor.… Il interprète un sergent dans Buffalo Bill (44) avec Joel McCrea… Puis le shérif Trimble dans Abilene town (46)… Le maître de la prairie (The sea of grass) (1947)

Un shérif encore dans Ton heure a sonné (1948) de Ray Enrightavec Randolph Scott… La peine du talion (1948) avec William Holden et Glenn Ford avec qui il joue encore dans Le démon de l’or en 1949.
Les aventuriers du désert (1949) un John Sturges avec Randolph Scott…
En 1950, il joue dans le western pro-indien La porte du Diable en 1950, d’Anthony Mann avec Robert Taylor… Il est un docteur dans Les Rebelles Du Missouri (1951) de Gordon Douglas… L’Attaque de la malle-poste (51) avec Tyrone Power… La ville d’argent et La caverne des hors-la-loi (1951) de William Castle.

Les rebelles du Missouri
Puis, c’est La vallée des géants (52) avec Kirk Douglas… Toughest man in Arizona (1952), L’hommne des vallées perdues, gros succès de l’année 53 avec Allan Ladd… Il a eu le deuxième rôle de la série Hopalong Cassidy, celui du faire-valoir de William Boyd, dans 40 épisodes entre 52 et 54… Il est encore un shérif dans Vengeance à l’aube (1954) avec Rory Calhoun, puis Le nettoyeur (54) et toujours un juge dans Les rôdeurs de l’aube en 1955 avec R. Scott.

En 1955, Edgar Buchanan est la vedette de The silver star de Richard Bartlett : il joue un marshal qui a du mal à affronter ses angoisses face à trois gunmen qui menacent les habitants de sa ville… C’est Doc Black dans Un jeu risqué (Wichita) (55) de Jacques Tourneur avec Joel McCrea… Puis, en 1956, Buchanan est le héros de sa propre série Judge Roy Bean, 39 épisodes où il incarne le fameux juge…

Suivront Les flèches brûlées (1956), La journée des violents (1958)… La vallée de la poudre en 58 avec Glenn Ford… Le roi des chevaux sauvages en 1959 avec George Montgomery… La série The Deputy

Il sera encore un juge dans les trois westerns suivants : La ruée vers l’Ouest en 1960, Les Comancheros (62) et Coups de feu dans la Sierra cité plus haut, Le grand McLintock en 63, Le mors aux dents (1965), La parole est au colt (66) et Welcome to hard times (67)… Enfin, Something for a lonely man (1968)

Le téléfilm The over-the-hill gang en 1969 forme les retrouvailles d’anciens : Walter Brennan, Edgar Buchanan, Jack Elam, Chill Wills. L’histoire : un Texas Ranger retraité et trois de ses vieux compères sont engagés pour nettoyer une ville de sa vermine… un succès qui aura une sa suite La vieille garde reprend du service en 1970.
Son dernier western est Yuma en 1971 avec Clint Walker.

A aussi joué dans des séries commeLawman, Le Virginien, Gunsmoke, Au nom de la loi, Bonanza, La grande caravane, Laramie, Tales of Wells Fargo.

Le mors aux dents (1965)

Edgar Buchanan rit très ford…  avec Glenn

L’attaque de la malle-poste :


Abilene town (Réglement de comptes à Abilene Town) de Edwin L. Marin (1946) *

 

Un shérif tente d’enrayer des conflits entre colons durant la guerre de Sécession.

Avec Randolph Scott, Ann Dvorak, Edgar Buchanan, Rhonda Fleming, Lloyd Bridges, Helen Boyce, Howard Freeman, Richard Hale, Jack Lambert, Paul Brinegar, Chubby Johnson, Buddy Roosevelt…


Le maître de la prairie (The sea of grass)
d’Elia Kazan (1947) ** 

Avec Spencer Tracy, Katherine Hepburn, Harry Carey, Robert Walker, Melvyn Douglas, Phyllis Thaxter, Edgar Buchanan, Ruth Nelson, Robert Armstrong, Robert Barrat, Trevor Bardette, Morris Ankrum, Whit Bissel, Douglas Fowley, Chief Many Treaties, Hank Worden

Un titre original qui pourrait nous faire croire qu’on est dans un bon vieux John Ford, mais non, Le maître de la prairie est le seul western d’Elia Kazan, sauf si on considère que Viva Zapata ! en est aussi un. Un mélodrame romantique efficace, avec un Spencer Tracy -un de ses rares westerns- remarquable dans le rôle d’un éleveur tyrannique. Premier western du second rôle Whit Bissell.

 

 

 

 

 

 

 

 


Les desperados (The desperadoes)
de Charles Vidor (1943) **


Un bandit arrive en ville pour cambrioler une banque qui vient d’être braquée…

Avec Randolph Scott, Claire Trevor, Glenn Ford, Evelyn Keyes, Edgar Buchanan, Guinn Big Boy Williams, Porter Hall, Hank Bell, Irving Bacon, Francis Ford

Un des premiers westerns, avec Texas (41) de Glenn Ford, 3e rôle après Randolph Scott et Claire Trevor. Et premier film en Technicolor de la Columbia. En 1943, Randolph Scott est déjà une gloire du western, avant ses futures collaborations avec les cinéastes Edwin Marin, André de Toth, Ray Enright et Budd Boetticher. Glenn Ford deviendra, lui, une grande star du genre dans les années 1950-60. C’est leur seul film ensemble.

Randolph Scott, Glenn Ford

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *