browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Aldo Berti / Call Girls 66 (Callgirls 66) (La notti della violenza)

Posted by on 26 juin 2013

Aldo Berti
(26-2-1936 à Florence/26-12-2010)

avec Marc Fiorini dans El Puro…

Second rôle de films d’horreur italiens et de western-spaghetti, Aldo Berti était un ami de William Berger, et a eu une liaison avec l’actrice Barbara Steele. Il peut se révéler très effrayant dans des rôles de bandits comme dans El puro… (1969 -voir ci-dessous). Comme Berger, sa vie est assez tumultueuse…

Après sa courte carrière, il mena une vie de nomade en Europe et en Asie. En 1984, alors qu’il voyage sur le Nil sur un navire médical, son bateau est attaqué par des pirates somaliens qui tuèrent de nombreuses personnes. Après ce choc, il se réfugia au Maroc, dans l’incognito le plus total.
Un cancer provoquera son retour dans sa ville natale, Florence, où il meurt en 2010.

 

Ses westerns :

JE TE TUERAI (1965) de Sergio Bergonzelli ; CREUSE TA FOSSE, J’AURAI TA PEAU (1965) de A. de la Loma et E. Mulargia ; Vaya con Dios Gringo (66) de Edoardo Mulargia ; RAMON IL MESSICANO (66) de Maurizio Pradeaux ; Un dollar entre les dents (67) de Luigi Vanzi est un des meilleurs westerns dans lesquels il a joué… Né POUR TUER (67) de Antonio Mollica ; Le massacre et le sang (67) de Franco Rossetti ; QUINDICHI FORCHE PER UN ASSASSINO (68) de Nunzio Malassomma.

Il était une fois dans l’Ouest (68) : c’est un des membres du clan de Frank, joueur de poker… DOS MIL DOLARES POR COYOTE (69) de Leon Klimovsky ; dans El Puro, la rançon est pour toi (69) de Edoardo Mulargia, c’est un bandit sadique qui tortue et tue Rosalba Neri ; SARTANA DANS LA VALLEE DES VAUTOURS (70) de Roberto Mauri ; Bonnes funérailles, amis, Sartana paiera (70) de Giuliano Carnimeo ; KILLER AMIGO (70) de Paolo Bianchini ; On m’appelle Alleluia (Pile, je te tue, face, tu est mort) (1971) de Giuliano Carnimeo ; UN UOMO CHIAMATO DAKOTA (72) de Mario Sabatini ; Spirito Santo e le 5 magnifiche canaglie (72) de R. Mauri.

Son dernier western et film est le 3e de la trilogie de Mauri des Spirito Santo : Bada alla tua pelle Spirito Santo ! (72).
On le vit aussi dans des polars comme CALL GIRLS 66 (1965) de Roberto Mauri.

Le massacre et le sang en entier :


Call Girls 66 (Callgirls 66) (La notti della violenza)
(1965) de Roberto Mauri

Avec Alberto Lupo, Marilu Tolo, Aldo Berti, Lisa Gastoni, Hélène Chanel, Cristina Gaioni, Elisa Mainardi, Dada Gallotti, Ugo Fangareggi, Maria Pia Conte

Un homme masqué assassine des femmes dans la ville… les victimes principales sont des prostituées. La police enquête sur les amies de la victime, sa famille et sur une affaire de racket…

Film policier italo-américain aux allures de giallo (avec criminel masqué), en noir et blanc, tourné à Cinecitta, l’intrigue est vaguement similaire à celle de 6 femmes pour l’assassin de Mario Bava (1964). Belle distribution, une palette de jolies actrices qui vont se confirmer dans le genre, dont Hélène Chanel et Maria Pia Conte, vues aussi dans des westerns spaghetti, tout comme Aldo Berti et Ugo Fangareggi, disparu récemment. Marilu Tolo tournera quant à elle dans deux autres gialli, LA CONTROFIGURA et MIO CARO ASSASSINO au début des années 1970.

Cristina Gaioni

Elisa Mainardi

Dada Gallotti

Marilu Tolo, cinerevue 1966

Lisa Gastoni

Marilu Tolo

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *