browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Carroll Baker/Captain Apache/La última señora Anderson

Posted by on 28 mai 2020
Née un 28 mai…
CARROLL BAKER
(28-5-1931)

Des débuts comme danseuse dans les boîtes de nuit pour se payer les cours de l’Actor’s studio et un premier grand rôle dans GEANT en 1956, elle devient vraiment célèbre avec BABY DOLL (56) : le film à scandale d’Elia Kazan, qui enflamma les ligues de censure.
La Warner Bros pensait alors avoir trouvé sa nouvelle Marilyn…

Les ambitieux – dessin de Didgiv

cinerevue 1964

Les grands espaces

cinérevue 1966

1967

Ce qui n’a pas été vraiment le cas, son image est restée attachée à ce film, elle a néanmoins décroché quelques rôles importants notamment dans des westerns comme Les grands espaces (1958), La conquête de l’Ouest en 1962, où elle campe la fille du colon éprise du trappeur James Stewart…

et surtout Les Cheyennes (1964) de John Ford, où elle incarne avec talent, dans un rôle plus mûr, une Quaker qui accompagne des Cheyennes échappés de leur réserve, qui veulent retourner sur les terres verdoyantes de leurs aïeux.

Soirée Carroll Baker – avec Charlton Heston (cinémonde)

Elle tournera ensuite dans un eurowestern en 1971, Captain Apache, avec Lee Van Cleef et Stuart Whitman.

Carroll Baker continuera de tourner pour le cinéma et la télévision dans les années 60 et 70, notamment dans des thrillers et gialli comme L’ADORABLE CORPS DE DEBORAH avec Jean Sorel (68) avant de faire un retour sur les planches à la fin des années 70…

Gialli :
L’ADORABLE CORPS DE DEBORAH (1968) de Romolo Guerrieri
UNE FOLLE ENVIE d’AIMER (1969) d’Umberto Lenzi (premier de la trilogie)
SI DOUCES, SI PERVERSES (1969) d’Umberto Lenzi (2e de la trilogie)
PARANOIA (1970) d’U. Lenzi (3e de la trilogie)
IL COLTELLO DI GHIACIO (1972) d’U. Lenzi
LA FLEUR AUX PETALES D’ACIER (1973)

cinérevue 1969

James Stewart, Carroll Baker

Si douces, si perverses


CAPTAIN APACHE – Anglo-américano-espagnol de Alexander Singer (1971)

Un officier d’origine indienne (Lee Van Cleef) mène une enquête difficile, pour éviter un nouveau conflit entre Apaches et soldats américains, et découvre un complot d’assassinat du Président.

Et avec Caroll Baker, Stuart Whitman, Percy Herbert, Elisa Montes, Tony Vogel, Charly Bravo, Jess Hahn, Cris Huerta

Western original et plein de punch réunissant Lee Van Cleef qui chante April Morning et Captain Apache, Jess Hahn dans un petit rôle (son premier western spaghetti), Carroll Baker dans le rôle d’une fille de saloon, entourés de seconds rôles du cinéma espagnol et italien, comme Elisa Montes.

Tourné au Texas et en Espagne, à Alméria, en partie dans la forteresse construite pour El Condor (avec aussi Van Cleef), dont il ne reste aujourd’hui que des ruines.
Le scénario est co-écrit par Philip Yordan également auteur de Johnny Guitare, Les bravados, LE CID, LE ROI DES ROIS et Les quatre mercenaires d’El Paso avec (encore) Lee Van Cleef.


La última señora Anderson (1971)
Espagnol de Eugenio Martin

Avec Carroll Baker, Michael Craig, Miranda Campa, Enzo Garinei, Marina Malfatti, Lone Fleming

Un riche Anglais, Arthur, trouve sa troisième femme morte. Les enquêteurs découvrent que ses deux précédentes femmes sont décédées subitement. Arthur fait la connaissance de sa nouvelle voisine, qui semble vivement intéréssée par lui…

Giallo espagnol méconnu, avec une des grandes stars féminines du genre, l’Américaine Carroll Baker,

M. Malfatti -cinérevue 1977

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *