browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Ursula Andress / La dernière chance

Posted by on 19 mars 2016
URSULA ANDRESS
(19-3-1936 à Berne, Suisse)
Ursula Andress (by Didgiv)

Ursula Andress (by Didgiv)

Cette belle panthère suisse-allemande a été surnommée « La vierge de glace » par son incapacité à exprimer une quelconque émotion à l’ écran, seules sa belle plastique, sa peau bronzée et sa photogénie, plus du talent, lui ont en fait permis d’accéder à l’univers des célébrités, ainsi que ses liaisons avec plusieurs vedettes, comme le réalisateur John Derek ou Jean-Paul Belmondo.

Ursula Andress

Quatre du Texas

Elle dégage un puissant érotisme dans tous ses films depuis que le public découvre celle belle starlette sortant de l’eau à moitié vêtue de son bikini blanc, harpon à la main, dans JAMES BOND 007 CONTRE Dr NO en 1962…
Une bombe sexuelle explose cette année-là, elle exploitera ces ressources sur papier glacé en posant plusieurs fois pour le magazine Play Boy dans les années 60 et 70…

Ursula Andress

cinérevue janvier 1975

Ursula Andress (drawing by Didgiv)

Et aussi sur la pellicule, avec quelques westerns : Quatre du Texas en 1963, mais c’est Anita Ekberg, qui venait de triompher dans LA DOLCE VITA

 

Puis Ursula retrouve Charles Bronson (qui jouait ans Quatre du Texas) dans Soleil rouge, de Terence Young, en 1970, où elle incarne la jolie fiancée du bandit Alain Delon pourchassé par un Samouraï (ToshiroMifune) et un autre bandit (Bronson), très bon western bercé par la superbe musique de Maurice Jarre.

Enfin, elle joue en 1982 dans la production italo-russo-mexicaine Mexico en flammes de Serguei Bondartchuk, c’est une chronique des révolutions russe et mexicaine, au début du XXe s.

Ursula Andress
TENDRE GARCE
(1963), avec Ursula et John Derek, malgré ce que peut laisser suggérer l’affiche (dessinée en pleine période de productions de westerns italiens), qui montre un homme ressemblant à un cow-boy dans le désert, n’est pas un western, malgré aussi la présence au générique d’Aldo Ray.

Autres films :
LA DERNIERE CHANCE (1975) polar de Maurizio Lucidi

Ursula Andress

cine-revue august 1979

♥ Amants.  Ursula était l’épouse de John Derek de 1957 à 66 et a eu des liaisons avec Jean-Paul Belmondo, Warren Beatty, Ryan O’Neal, Harry Hamlin, Marlon Brando, Sean Connery, Dean Martin…

Ursula Andress, Charles Bronson Soleil rouge

Ursula Andress 1973 cinérevue

Ursula Andress – Perfect friday

Ursula Andress Jean-Paul Belmondo (cinérevue 1970)

Ursula Andress

cinérevue 1969

Ursula Andress 28-11-68 Ciné revue

♥ En 1981, Ursula Andress offre les fonds recueillis par la vente de photos d’elle prises par Angelo Frontoni au profit d’enfants déshérités…

Ursula Andress (19-10-67 Ciné revue)

George Peppard, Ursula Andress -le crépuscule des aigles

Ursula andress

(4 août 66 cinérevue)

Ursula Andress-

1977 – cinerevue

Ursula Andress

Ciné revue 1967

Ursula Andress c.-revue 21 février 1963

Ursula Andress (Angelo Frontoni) (cine revue aout 1976)

Par Angelo Frontoni (1976) :
Ursula Andress par Angelo Frontoni (cine revue aout 1976)

Quatre du Texas :

 

Ursula Andress by Didgiv

dans LES TRIBULATIONS d’UN CHINOIS EN CHINE : sur format A4 aux feutres DBTwins.

septembre 1975 cinerevue


La dernière chance (L’ultima chance) (stateline motel) (Motel of fear)
Italien de Maurizio Lucidi (1975) **

 

Après le cambriolage d’une joaillerie au Canada, deux Américains organisent une réunion à la frontière américaine pour distribuer le butin.
L’un d’eux a un accident de voiture et atterrit dans un motel isolé, en attendant que la voiture soit réparée ; sa propriétaire, une affriolante jeune femme, tombe amoureuse de lui. Elle commence à avoir des soupçons quand la police arrive au motel…

Avec Ursula Andress, Eli Wallach, Fabio Testi, Barbara Bach, Massimo Girotti, Howard Ross, Céline Lomez, Susanna Onofri

Belle affiche pour cette DERNIERE CHANCE, on bon petit polar influencé par les thrillers américains comme GUET-APENS, tourné à Montréal, il réunissait l’excellent Yankee Eli Wallach, la déesse helvétique Ursula Andress, l’étalon sexy italien Fabio Testi et la sublime Barbara Bach, grandes vedettes européennes de cette époque. Cerise sur le gâteau, la musique de Luis Bacalov, qui signa les partitions de nombre d’euro-polars et de western-spaghetti. Les performances d’Eli Wallach et Fabio Testi dominent nettement la distribution, qui pourrait être tout à fait être celle d’un western made in Europe.

Le slogan commercial du film était : Ne faites confiance à personne… y compris à vous-même. On a compris qu’il est question de trahisons, de cupidité et de réglements de compte…


Scène chaude entre Fabio et Ursula…

Deux sex-symbols des seventies partagent l’affiche du film :

Barbara Bach – dessin de Didgiv

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *